Pèlerins à Soamandrakizay : Le cœur heureux et avec la foi

Jacaranda
Le « Notre-Père » récité dans la ferveur.

Heureux, les fidèles catholiques venus assister à la grande messe du pape François au domaine Soamandrakizay, l’étaient, tout comme ceux qui ont aperçu le souverain pontife dans les divers sites qu’il a visités et suivi ses déplacements à travers les médias.

Une foi encore plus ravivée pour les fidèles catholiques après avoir vu le pape, entendu ses paroles et reçu ses nombreux messages, et le cœur heureux d’avoir vécu un moment historique que nombre d’entre eux ne vivront peut-être qu’une seule fois dans leur vie. Certains en ont eu des frissons, d’autres, les larmes aux yeux. Pour eux, la présence, les paroles et les messages du pape François leur ont touché le cœur et l’âme. Oubliées les longues heures passées à Soamandrakizay, à même le sol pour la majorité d’entre eux, dans un nuage de poussières et un froid glacial, dès la nuit de samedi pour la veillée de prières. Il en était de même hier, dimanche, bien avant l’aurore, quand les rues de la ville d’Antananarivo étaient animées comme en plein jour… à 3h du matin ! Car les centaines de milliers de fidèles – frôlant le cap du million de personnes – venus de très loin, rejoignant à pied les axes Androhibe, Antanandrano et Tsarasaotra pour la grande messe, étaient bien déterminés à arriver à destination quoi qu’il advienne, bravant le froid et le vent fort qui persistait. Rien de tout cela n’a réussi à refroidir l’enthousiasme des fidèles, jeunes, adultes, enfants et personnes âgées, bien portants ou malades. Certains d’entre eux ont déjà parcouru des milliers de kilomètres depuis le début de la semaine pour rejoindre la capitale. Bien que physiquement éprouvés par la fatigue et une météo capricieuse,  les fidèles confient volontiers avoir vécu un moment intense et unique, lors de la grande messe où ils ont prié à l’unisson.

Les fidèles, au retour, fatigués mais heureux.

Une fois la messe  terminée, encore plusieurs heures de patience, rien que pour sortir du parking ou des portails destinés aux piétons. Tout cela, dans le calme et le respect des consignes, gros sacs sur la tête, nattes et tabourets sous les bras. Les fidèles, visiblement très disciplinés, ont refait le chemin inverse, à pied ou à bord des véhicules, en revivant entre eux les moments forts de la journée qu’ils viennent de passer. Des moments dont ils se souviendront longtemps.

Hanitra R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.