Construction de bâtiments résistants aux aléas naturels à Madagascar : Atelier de validation de la nouvelle Norme

Jacaranda
Les principaux intervenants lors de l’atelier de présentation de la Norme nationale de construction de bâtiments résistants aux aléas naturels à Madagascar.

Un atelier de validation de la Norme nationale de construction de bâtiments résistants aux aléas naturels à Madagascar a eu lieu, hier matin, à l’hôtel Colbert Antaninarenina en présence des responsables de la CPGU (Cellule de prévention et gestion des urgences) et le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’habitat et des travaux publics, Herivelona Hajo Andrianainarivelo.

Madagascar est un pays fortement exposé aux cyclones tropicaux du fait de sa position géographique.  Selon ce qui a été dit lors de cet atelier qui s’est tenu à l’hôtel Colbert, la Grande Île figurerait parmi les trois premiers pays les plus exposés aux cyclones tropicaux dans le monde, numéro un même sur le continent africain. Et quand le pays est frappé par ces catastrophes naturelles, les pertes dans le secteur de l’infrastructure sont toujours colossales et, représentent environ 75% des pertes combinées. C’est donc pour remédier à cela que la CPGU, appuyé par la Banque Mondiale, a lancé le projet TRACK II, un projet qui se concentre essentiellement sur les secteurs bâtiment, habitat et aménagement du territoire. D’où l’apparition de l’idée d’élaborer et de vulgariser le document de référence « Règles et fascicules pour la construction des bâtiments paracycloniques » suivant le décret n°2010-243 du 21 Avril 2010.

Après cinq ans de période d’essai et d’application des règles et fascicules évoqués précédemment, le gouvernement Malagasy, sous l’égide du   ministère en charge de l’Aménagement du Territoire et de l’Habitat, à travers la Cellule de Prévention et Gestion des Urgences (CPGU) et avec l’appui du cabinet GERCO, a procédé à l’élaboration de la « Norme nationale de construction de bâtiments résistants aux aléas naturels à Madagascar ». Il s’agit d’une activité qui s’inscrit dans le cadre des activités d’assistance technique de la phase 1 du programme pilote pour la Résilience Climatique (PPCR) financé par les Fonds d’Investissement Climatique (CIF ou Climate Investment Funds) et mis en œuvre par la CPGU avec le soutien de la Banque Mondiale (Accord de don TF0A5362). Certains points ont été ajoutés à cette nouvelle norme pour la distinguer des règles et des fascicules de 2010. Ainsi, les principales innovations qu’on peut y trouver concernent la considération des aléas naturels tels le vent, la pluie et l’inondation, le mouvement de terrain et le séisme, l’embrun marin ainsi que la base de dimensionnement du vent et du séisme.  Cette norme a été présentée et validée officiellement, hier 12 septembre, à l’hôtel Colbert Antaninarenina.

Anja RANDRIAMAHEFA

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.