Education : Les inscriptions à zéro ariary, le plus grand souhait des parents d’élèves des EPP

Les inscriptions seront gratuites dans les écoles primaires publiques d’Antananarivo. C’est ce qui a été appris dernièrement dans le dessein  d’alléger les dépenses des parents d’élèves dans ces établissements scolaires publics.

Les élèves des EPP sont généralement issus de familles modestes, voire très pauvres.

La majorité des élèves scolarisés dans les écoles primaires publiques (EPP) est issue  de familles modestes, voire extrêmement pauvres. La période de la rentrée scolaire est ainsi synonyme de grandes difficultés financières pour les familles, ne disposant pas de quoi payer les frais d’inscription, sans parler des fournitures scolaires, réduites au strict minimum. Ces dernières années, les parents ne paient pas la même somme d’argent d’une EPP à l’autre, au moment des inscriptions. En effet, il arrive que les établissements demandent aux parents, outre les droits d’inscription, une contribution financière destinée au paiement des enseignants non fonctionnaires, dont les montants peuvent varier d’un établissement à l’autre.

Fournitures. Cette année, les parents d’élèves, du moins, ceux des EPP d’Antananarivo, n’auront donc pas à payer de droit d’inscription. Néanmoins, il n’est pas à exclure qu’il puisse y avoir d’autres frais à payer au chapitre des contributions au paiement des maîtres FRAM, pour ne citer que cela. Ainsi, en dépit de la gratuité concernant les inscriptions proprement dites, les parents craignent que la gratuité effective, qui équivaut à une inscription avec zéro ariary à payer, ne soit pas encore une réalité cette année, à moins que les responsables de l’Education nationale ne le leur affirment noir sur blanc. Ce qui changerait tout chez les familles les plus défavorisées dans la mesure où les parents pourront mieux se consacrer aux fournitures scolaires de leurs progénitures, si les autres années, les enseignants doivent leur accorder un délai allant jusqu’à plusieurs semaines après la rentrée, afin de réunir les fournitures nécessaires. Le jour de la rentrée des classes, il arrive que certains élèves viennent avec un cartable quasiment vide. Pour les enseignants, il leur est difficile d’exiger des parents de réunir l’intégralité des fournitures dès le premier jour de classe, bien que la liste ne renferme que le minimum nécessaire pour permettre aux élèves de suivre les cours  le plus normalement possible.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.