Préparation de la rentrée scolaire : Une routine pour les enseignants chevronnés

Jacaranda

A une semaine de la nouvelle rentrée-scolaire, une enseignante a bien voulu nous accorder une entrevue afin de nous raconter comment elle se prépare pour aborder la nouvelle année qui s’annonce. C’est donc dans une ambiance détendue et conviviale que Rachel Ramanantseheno, professeur de français du haut de ses soixante ans, nous reçoit dans son logement.

Midi Madagasikara : Comment se passe la préparation de la nouvelle année scolaire ?

Rachel Ramanantseheno : Comme tous les ans. Vous savez, cela fait maintenant 33 ans que j’exerce ce métier, ce qui fait qu’aujourd’hui, me préparer pour une nouvelle année-scolaire est devenu une routine !

Midi Madagasikara : Donc, vous refaites la même chose chaque année avant la rentrée des classes ?

Rachel Ramanantseheno : A peu près ! On planifie l’année, on prépare les cours. La seule chose qui change, c’est le programme parce qu’en trente ans, le programme scolaire a été modifié à plusieurs reprises.

Midi Madagasikara : Que conseillerez-vous à un jeune enseignant qui fait face pour la première fois à la rentrée des classes ?

Rachel R. : Enseigner demande beaucoup d’énergies et de travails. Il ou elle doit donc bien se préparer sur tous les plans ; corps, esprit et âme. Il faut aussi s’assurer qu’on maîtrise la matière qu’on va enseigner.

Midi Madagasikara : Et concernant l’évolution du niveau des enfants pendant ces trente ans de carrière ?

Rachel R. : Le niveau a beaucoup baissé d’année en année. C’est déplorable !

Midi Madagasikara : Qu’est-ce qui explique cela ?

Rachel R. : Je pense que c’est l’arrivée d’Internet, la solution en un clic fait que les enfants n’ont plus le goût de la recherche. Et avant Internet, je dirais également que les jeux vidéo occupaient beaucoup trop de places dans la tête des enfants.

Notre rencontre s’est conclue par quelques anecdotes desquelles est ressorti le fait qu’auparavant, les enseignants avaient largement le temps de pratiquer des activités ludiques en classe, ce qui ne se fait plus aujourd’hui. Non pas parce que le temps ne le permet pas, mais parce que les élèves ont de plus en plus de mal à comprendre et à assimiler.

Anja RANDRIAMAHEFA

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.