Education nationale : 700 nouveaux enseignants recrutés

L’éducation est une arme, elle différencie les dirigeants des dirigés.

Le manque d’enseignants constitue encore une des grandes problématiques du système éducatif malgache.

Des enseignants fraîchement formés auprès d’Institut  National de Formation Pédagogique se sont récemment vus décerner leur contrat de travail par le ministère de l’Education nationale, de l’ Enseignement technique et professionnel. Ainsi, 700 nouvelles recrues viennent d’être recrutées par le ministère de tutelle pour être éparpillés dans les régions du pays. Une bonne nouvelle qui est parvenue un jour avant la fin de l’année 2019 et qui a ravi les concernés. « Comme convenu, le gouvernement via le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel a procédé à l’octroi de nos contrats de travail. Une promesse tenue et nous annonçons notre profonde gratitude envers les responsables » a lancé un enseignant nouvellement recruté. Saisissant l’occasion, notre interlocuteur de faire savoir « le recrutement d’enseignants ayant été formés et préparés pour enseigner, éduquer et former les élèves malgaches n’aura d’autres conséquences que l’amélioration de la qualité d’enseignement mais surtout l’amélioration du niveau scolaire et d’éducation des enfants du pays ».

Must. Considérer l’éducation en tant que tel. C’est ce que proposent de nombreux observateurs pour redresser le système éducatif malgache. Ce, « en mettant des personnes ayant été formées en sciences de l’éducation dans les postes clés du ministère qui porte le nom ». Mais également « en libérant le ministère du joug des intérêts politiques et de la politique politicienne » tout en arrêtant, une bonne fois pour toute, les tâtonnements et tous les essais d’orientation de politique de l’éducation nationale. La clé de voûte de la réforme du système éducatif résiderait également dans la formation des personnes devant être des instituteurs, des enseignants et des éducateurs des prochaines générations de Malgaches. Des attentions particulières devraient donc être portées à la politique ou la stratégie de formation des enseignants, à l’amélioration de leurs conditions de travail mais surtout au système de recrutement des personnes à qui on attribue la tâche d’éduquer et d’enseigner les filles et garçons  du pays… ces derniers étant qualifié d’« avenir » ne devraient donc pas être formés par des cancres. L’éducation est, en effet, la base de tout épanouissement et tout développement d’une société. Avec les erreurs d’orientations et de politiques, le pays se retrouve actuellement comme l’un des plus pauvres du monde et où l’éducation laisse à désirer. Le fait que les politiciens et familles riches ou ceux qui en ont les moyens d’envoyer leurs enfants étudier dans les pays étrangers en est une parfaite illustration.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire