Compatibilité investissements-environnement : Une révision du décret MECIE en gestation

Jacaranda
Les sociétés ne respectant pas les dispositions du décret Mecie risquent la fermeture.

L’amélioration de la gouvernance serait l’une des premières causes de cette initiative de révision du décret portant sur la Mise en Compatibilité des Investissements avec l’Environnement (MECIE).  

25 ans après la promulgation du décret MECIE, le gouvernement malgache entendrait y apporter quelques modifications. C’est ce qui a été annoncé lors d’une conférence de presse organisée dans les locaux du ministère de l’Environnement et du Développement durable hier. Ainsi, « l’initiative entend être une mesure à long terme devant protéger l’environnement dans le sens large du terme ». Une initiative qui a été prise pour « renforcer les dispositifs existants et de protéger particulièrement l’homme dans son environnement de travail », d’après les dires de Laurent Ampilahy, directeur général de l’Office National de l’Environnement. Mais également pour « éviter les accidents dans les zones de production industrielle ou dans des zones de projets ». Comme ce fut récemment le cas à Anosizato. Des réflexions sur les mesures ou dispositifs d’évacuation desdites zones en cas d’accident seraient actuellement lancées du côté du ministère de l’Environnement et du Développement durable. « Des bus desservant cette partie de la capitale ont été réquisitionnés pour évacuer les blessés durant le récent accident observé à Anosizato » déplore le DG de l’ONE. Avant de noter « la nécessité de mettre en place des études environnementales stratégiques impliquant la responsabilité de plusieurs sociétés ou de nombreuses zones de production  industrielle ».

2020. Les modifications du décret MECIE devrait également inclure « une extension du champ d’application de l’étude d’impact environnemental ». La version actuelle dudit décret limitant l’étude d’impact environnemental aux projets d’investissements et non à toutes les zones de production industrielle, il serait donc temps d’y attribuer une attention particulière et d’apporter une nouvelle approche à la chose. Par ailleurs, concernant les frais d’évaluation  de l’Etude d’impact environnemental. Le décret MECIE, dans son article 14 alinéa 2 fait, en effet, savoir que les frais d’évaluation sont « versés par l’investisseur à un compte spécial ouvert à cet effet par l’ONE ». Ce serait « problématique en matière de gouvernance». Par ailleurs, la révision du décret MECIE devrait se faire suivant différentes étapes. « Une consultation publique devrait bientôt être organisée. Ce, dans le souci d’impliquer toutes les parties prenantes », avance Laurent Ampilahy. Ce dernier de renchérir « la version draft devrait être dispatchée auprès de tous les acteurs d’ici le mois de février ». Des mesures devraient être prises à l’entreprise responsable de l’accident à Anosizato. Les informations recueillies jusqu’ici faisant savoir qu’elle n’aurait pas respecté des dispositions du décret MECIE. 

José Belalahy

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.