Recyclage de bouteilles en plastique : L’Eco city s’installe dans les entreprises

Première utilisation de l’Eco city à l’immeuble « Ivandry business center ». (crédit photo : Anja)

« Les dernières images des centaines de bouteilles en plastique qui sont remontées à la surface lors  des montées des eaux à Besarety ne peuvent laisser indifférentes », s’est exprimée d’emblée Martine Pless lors de la présentation d’Eco city à l’immeuble  « Ivandry business center »,  jeudi dernier. Après le projet de la Star baptisé Kopakelatra, dédié au recyclage des bouteilles en plastique, Martine Pless a, elle aussi, décidé de prendre part à cette bataille qu’est la préservation de l’environnement de son pays d’accueil. C’est ainsi qu’aujourd’hui, elle a pu mettre sur pied des collecteurs de bouteilles compactées qu’elle a nommés Eco city. Ces collecteurs sont, pour l’instant, destinés aux entreprises qui comptent le plus de consommateurs de boissons contenues dans des bouteilles en plastique.

Où vont les bouteilles ? Lorsqu’elle était encore à l’hôtel Akoa, Martine Pless travaillait déjà avec l’association « Agir pour le développement durable et l’économie verte à Madagascar » (Addev) pour la collecte des déchets. Cette association, dans le cadre du projet « Fanavotana », regroupe des femmes  issues des milieux vulnérables qui peuvent bénéficier d’une source de revenus en collectant les déchets et en les revendant à des sociétés de recyclage. Dans ce nouveau projet, ce sont ces mêmes femmes de l’Addev qui s’occupent de la collecte des bouteilles en plastique pour les revendre à Adonis, une société spécialisée dans le recyclage.

Compresser en trois mouvements.  L’Eco city est assez simple à utiliser, il est composé d’un compresseur de bouteille « Ecopress », d’un collecteur fabriqué à partir de deux fûts de récupération en acier, d’une trappe d’ouverture qui permet de jeter la bouteille et d’une porte fermée à clef, accessible aux femmes du « Fanavotana ». Pour l’utilisation, la personne retire le bouchon de sa bouteille avant de la faire compresser par le compresseur, remet le bouchon et jette le tout dans le collecteur.

Si l’immeuble Ivandry business center est le premier client à Antananarivo, la conceptrice de l’Eco city compte bien, dans un futur proche, installer son collecteur de bouteilles compactées dans d’autres entreprises et même à l’aéroport international d’Ivato. « Cela va permettre de réduire grandement les déchets jetés à la rue, lesquels causent tant de pollution à Madagascar », a-t-elle conclu. Quant à son premier client, il a l’air satisfait de l’aspect de son collecteur qui, notons-le, porte le nom de son immeuble. Il nous a confié qu’il compte encore passer une autre commande si le système s’avère efficace pour sensibiliser ses clients dans cette démarche écologique.

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. La première chose à faire pour éviter que les bouteilles plastiques ne soient rejetées dans la nature c’est d’en limiter la production….
    La STAR fait tout le contraire, elle substitue un maximum de bouteilles en verre par du plastique elle ne laisse pas le choix aux distributeurs.
    La STAR essaie de se donner bonne conscience en organisant la collecte des plastiques alors qu’elle est un des premiers pollueurs avec ces bouteilles, qu’elle devrait en réduire la production, mais çà lui coûte cher de transporter des bouteilles vides…. même dans les pays les mieux organisés le taux de bouteilles plastiques rejeté est énorme, alors à Madagascar c’est de la poudre aux yeux.
    MADAGASCAR à la chance d’avoir encore un vrai réseau de collecte des verres consignés, il ne faut pas le perdre et capitaliser la dessus, nous devrions profiter de l’expérience des pays plus avancés qui reviennent en arrière et réinstallent la consignation. Le verre est recyclable à l’infini.
    De plus le pouvoir d’achat ici est faible, chers consommateurs faite le calcul du PRIX AU LITRE d’une bouteille Coca en verre par rapport à une bouteille plastique l’écart est énorme, vous payez de l’emballage….
    Le vrai geste citoyen c’est de ne pas acheter de plastique quand vous avez la possibilité d’acheter du verre.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.