Commune urbaine d’Antananarivo : Contrôle des déplacements des Tananariviens aujourd’hui

Retrait des papiers des véhicules de transports en commun ne respectant pas les instructions présidentielles, sensibilisation aux tenants et aboutissants des mesures de protection… tels ont été les objectifs de la mise en place des dispositifs par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) aujourd’hui.

« Nous mettons strictement en application les instructions du président de la République Andry Rajoelina d’hier (dimanche soir). Nous avons mis en place une barrière sanitaire à Ankadimbahoaka et une autre du côté d’Ankorondrano pour réglementer la circulation et faire respecter le confinement ». Propos du commissaire Vigor, directeur des transports et de la mobilité urbaine auprès de la CUA. Notre interlocuteur de noter que « la Commune urbaine est stricte en ce qui concerne l’application à la lettre des instructions du président de la République ». Et pour montrer que la commune ne « blague » pas, plusieurs papiers de véhicules de transport effectuant la desserte au niveau urbain, suburbain ou encore régional et national ayant continué leurs activités malgré l’interdiction, ont été confisqués du côté d’Ankadimbahoaka. « On leur ordonne de faire débarquer leurs passagers. On leur retire ensuite leurs papiers afin qu’ils ne puissent pas travailler clandestinement. Mais également pour leur signifier la portée des instructions présidentielles », explique le commissaire Vigor. Pour la Commune urbaine d’Antananarivo, la mise en place des barrages sanitaires est un moyen qui permettra d’endiguer le Covid-19. « Moins les gens se déplaceront, moins il y aura de risque de contagion. Et la CUA est là pour faire respecter la loi », note un responsable auprès de la commune en question. 

Sensibilisation. Le premier jour de confinement a vu beaucoup de non-application des consignes. De nombreux Tananariviens sont sortis de chez eux avec les mêmes bouchons du côté d’Ankorondrano. Et face aux contrôles auprès des barrages sanitaires « les automobilistes affirment qu’ils n’ont pas entendu le discours du président de la République », déplore le commissaire Vigor. C’est d’ailleurs pour cela que la CUA a décidé « d’effectuer des campagnes de sensibilisation et d’information auprès des personnes contrôlées ». « Nous avons expliqué aux gens les tenants et aboutissants du confinement. Nous leur avons également fait savoir qu’ils contribuent à l’endiguement de la maladie », rajoute le commissaire Vigor.  La première journée de confinement consistait également à initier les particuliers au respect de la distanciation d’un mètre. Par ailleurs, aucune mention sur les actions ou activités tendant à contrôler l’état de santé des citoyens, afin de déterminer s’ils sont porteurs ou non du Covid-19, n’a été donnée par les responsables de la CUA. La restriction de déplacement n’a pas encore été complètement appliquée aux particuliers. Une personne peut sortir de son foyer pour effectuer ses courses. Avec une telle situation, la responsabilité des Malgaches n’a jamais été autant sollicitée. Se protéger et protéger les autres sont les premiers réflexes à avoir. 

José Belalahy

 

 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. C’est facile de demander à la population de se confiner.Mais il faut savoir que pour la plupart des Malagasy,la nourriture du soir se gagne dans la journée même et que faute de posséder une voiture particulière ils sont obligés de prendre les transports en commun, alors comment voulez vous dans ces cas respecter le confinement !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.