Mesures de confinement pour Tana : Comme si de rien n’était !

Confinement jour 1. Dès les premières lueurs du jour, ce lundi, Tana se lève. Comme d’habitude. Sauf que ce lundi, ce n’est pas un jour comme les autres, du moins en théorie depuis l’annonce, quelques heures plus tôt par le président de la République, des mesures de confinement pour Antananarivo, la région Analamanga et la ville de Toamasina. Mais aux heures du « grand rush » du matin, les rues de la capitale sont animées, la vie suit son cours normal. Les véhicules circulent, les épiceries de quartier sont ouvertes. Seuls les taxi-be se font rares. Les taxis contournent les mesures d’arrêt de service en ôtant leurs lanternes et continuent de travailler. Comme si de rien n’était ! Faute de transports en commun, les piétons sont nombreux à rejoindre les lieux de travail, venant aux nouvelles pour d’éventuelles réorganisations internes au sein de leurs entreprises respectives. Présence bien visible également pour les forces de l’ordre sur les grands carrefours de la capitale dès ce matin. Avec parfois la présence de chars blindés ! C’était le cas ce matin à Antanimena et à Analamahitsy.  

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, de nombreux Tananariviens dans les quartiers ne semblent pas être au courant de cette mesure de confinement d’Antananarivo en sortant de chez eux. Ce n’est qu’en circulant qu’ils apprennent « la » nouvelle. Avant midi, en tout cas, le flux de personnes et de véhicules est resté important. Les grandes surfaces, parmi les secteurs autorisés à maintenir leurs services, continuent d’accueillir du monde en appliquant toutefois les consignes et les gestes barrières, notamment la distanciation sociale d’un mètre et la mise à disposition de gels hydroalcooliques à l’usage des clients.

Hanitra R.     

 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.