COVID-19 – Aides sociales : 10 000 travailleurs dans le secteur des transports publics en bénéficient

« Chose promise, chose due », c’est désormais fait puisque la distribution des aides sociales aux chauffeurs d’autobus, de taxis et aux aide-chauffeurs d’Antananarivo a débuté le samedi 28 mars au parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Le président de la République l’a déclaré publiquement sur la chaîne nationale, ces professionnels doivent être aidés pendant cette période de confinement puisqu’ils sont dans l’obligation de suspendre leurs activités. Pour cette première vague de distribution, ce sont près de 5 000 professionnels du secteur des transports publics qui ont reçu leurs aides de la part de l’Etat. A noter que cela va se poursuivre jusqu’au lundi 30 mars 2020, car la durée prévue pour distribuer intégralement les aides est de trois jours. En tout, ce sont près de 10 000 chauffeurs et aides-chauffeurs qui devraient en bénéficier.

Le maire de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), Naina Andriantsitohaina, accompagné de son épouse, ainsi que toute l’équipe de la CUA étaient présents lors de la distribution de ces dons. L’association Fitia, le ministère de la Population, le Bureau national de gestion des risques,  ainsi que différents acteurs dans le secteur des transports ont également apporté leur contribution pour la réalisation de ce projet. Rappelons que ces aides viennent au moment où Antananarivo est encore en pleine période de confinement, et que l’économie du pays tourne au ralenti. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Membres du Gouvernement.

    Ce message d’un pays ami, la France, où le Covid-19 frappe dur jusqu’à une date encore incertaine, mais qu’il pourra supporter.
    Le vôtre est beaucoup plus fragile et toutes les mesures tendant à freiner la propagation de cette saloperie sont évidemment salutaires, pour éviter une véritable hécatombe, il faut parfois parler rationnellement.
    Les actions que vous avez entreprises y concourent et c’est tout à votre honneur.
    Mais il se profile une autre crise qui risquerait d’aggraver la première, si jamais elle devait malheureusement s’affirmer, alimentaire celle-ci.
    Disposant de nombreux contacts dans la population parmi les couches sociales modestes dans votre pays, je peux témoigner de ses difficultés croissantes à s’alimenter. Parmi elle, il existe même des personnes affectées par des maladies habituellement bénignes mais qui s’avèrent graves, compte tenu du manque de vitamines ingérées et de l’incapacité à s’acheter les médicaments idoines nécessaires.
    Sans vouloir m’immiscer dans la vie ou l’organisation de votre société, ni donner l’impression de donner une quelconque leçon à vos honorables personnes, je me permets néanmoins de suggérer que l’Armée distribue le nécessaire (PPN et charbon) auprès des chefs fokontany, partout dans le pays, pour éviter une véritable catastrophe. Ces personnes les distribueraient à leur tour aux épiceries existantes de leur secteur. Les épiciers auraient alors pour obligation de les donner à la population moyennant la présentation de tickets de rationnement établis par famille, ils percevraient une indemnisation pendant la durée de la crise, en compensation.
    En ces temps incertains, partout dans le monde, l’arrêt et le ralentissement des activités n’imposent d’autre alternative possible que celle de la responsabilité étatique, pour protéger les populations.

    Avec toute ma gratitude, de la part d’un simple citoyen amoureux de votre pays et très confiant dans son avenir.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.