Non port de masques : Vakinankaratra enregistre le plus grand nombre de récalcitrants

Par rapport à la première période de confinement, le nombre de personnes qui portent des masques en public s’est nettement amélioré. (crédit photo : Princy)

Selon la statistique émanant de la gendarmerie nationale concernant le port de masques pendant cet état d’urgence sanitaire, les régions Itasy et Vakinankaratra auraient enregistré le plus grand nombre de récalcitrants suite à une enquête menée du 14 au 20 mai 2020. Pour Vakinankaratra, les autorités ont recensé en moyenne 495 personnes qui n’ont pas daigné mettre cet outil de protection sur une durée d’une semaine. Un nombre largement plus élevé comparé à celui enregistré dans d’autres régions comme Haute Matsiatra ou Alaotra Mangoro. Pour Haute Matsiatra, la gendarmerie nationale a même déclaré qu’elle peut être prise comme modèle. A Analamanga, le nombre de personnes qui ne portent pas de masques avoisinerait celui d’Itasy. 

Le pourquoi du comment ?  Nous nous demandons comment cela se fait-il que des personnes ne portent pas de masques alors que le pays fait face à une maladie potentiellement mortelle. De plus, des masques sont distribués gratuitement dans les bureaux de Fokontany depuis plusieurs semaines. Et la réponse que nous avons obtenue est la suivante : « Beaucoup de personnes ne sont pas encore enregistrées dans les bureaux de Fokontany ; dont nombreuses vivent avec des moyens très faibles qui ne leur permettent pas d’acheter un masque commercialisé entre 1000 et 2000 Ariary ». Mais ce n’est pas tout, pour certaines personnes, c’est tout simplement l’envie de porter le masque qui manque, estimant que la Covid-19 n’a rien d’une maladie dangereuse. Réaction incompréhensible pour ceux et celles qui font tout le nécessaire afin d’éviter la propagation de cette maladie, surtout que ces dernières semaines, le nombre de cas contacts ne cesse de monter en flèche. D’autant plus que les régions qui affichent un taux de récalcitrants élevé, font partie des zones touchées par la pandémie. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.