Enseignement supérieur : 4 300 étudiants bénéficiaires de Vatsy à Toamasina

Distribution des Vatsy pour les étudiants de Barikadimy le week-end dernier.

La distribution des Vatsy pour les étudiants du pays continue.

La protection sociale continue dans les universités de la Grande île. 1 300 étudiants du campus de Barikadimy Toamasina ont bénéficié de Vatsy de la part du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique le week-end dernier. Une initiative qui a débuté auprès de l’université d’Ankatso vers le début de la semaine du 25 mai dernier, et qui s’est étendue dans toute la Grande île, celle-ci vise à alléger les difficultés endurées par les étudiants ainsi que leurs parents durant cette crise sanitaire et sociale que le pays traverse actuellement. Outre les étudiants de Barikadimy, 3 000 autres habitants en dehors du campus en question ont également eu droit à leur Vatsy. Il conviendrait de noter que les étudiants malgaches qui sont restés dans les campus universitaires du pays font partie des personnes vulnérables. Ce, dans la mesure où ils dépendent de leurs parents pour vivre. Un ravitaillement difficilement faisable compte tenu de la situation actuelle.

En attente. La distribution des Vatsy pour les étudiants a également coïncidé avec la descente d’Assoumacou Béatrice, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à Toamasina, le week-end dernier. Le retour des activités pédagogiques dans les universités, plus précisément la rentrée universitaire pour l’année 2019-2020 dépendrait de l’évolution de la situation actuelle. Avec la hausse perpétuelle du nombre des nouveaux cas de Covid-19, il serait prudent pour le gouvernement, via le ministère concerné, de prendre toutes les précautions nécessaires afin de permettre un retour sécurisé des activités dans les universités du pays. Une initiative qui devrait être prise en prenant en compte tous les facteurs et les réalités de toutes les régions. Nombre d’étudiants sont, en effet, retournés dans leurs régions d’origine depuis le début de la crise liée au Covid-19. Une des réalités à ne pas mésestimer dans les efforts de reprise des activités pédagogiques auprès des universités.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.