Education nationale, Enseignement technique et professionnel : Année blanche écartée, reprise sous conditions des activités pédagogiques

Les élèves des classes d’examens reprennent les bancs des écoles.

Les propos du Président de la République dimanche dernier ont été clairs, il n’y aura pas d’année blanche cette année, les examens officiels auront lieu.

« Les classes d’examens sont pour le moment les seules concernées par la reprise des activités pédagogiques ». Ce sont là les propos d’un responsable auprès du ministère de l’Education nationale contactée pour de plus amples informations à propos des dispositions prises pour ce qui est des reprises des activités pédagogiques, hier. Une reprise maintes fois demandée par les responsables des écoles privées selon toujours les explications de notre source. Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel précise également que la reprise des activités pédagogiques concerne seulement les classes d’examens des écoles privées éparpillées dans tout le pays sauf pour les districts de Toamasina I et II, Moramanga et Fénérive-Est . Lesdites écoles étant catégorisées par les textes en vigueur comme étant des « entreprises privées et disposant de leurs propres modes d’organisations et de fonctionnement » poursuit la source auprès du ministère de tutelle. Une telle décision impliquerait donc de lourdes responsabilités pour les responsables des établissements scolaires privés. Entre autres, le respect scrupuleux des mesures sanitaires entrant dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. La responsabilité serait également partagée étant donné que les DRENTP ou Directions Régionales de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel sont contraintes d’imposer l’application à la lettre des mesures sanitaires.

17h. L’entretien avec le responsable auprès du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel a également permis de répondre à la question d’heures de fermeture des écoles. « Etant donné la situation actuelle, les DRENETP du pays devraient s’assurer que tous les établissements scolaires soient désertés à partir de 17 heures » note le responsable. Les détails spécifiques concernant la mise en œuvre de la reprise des activités pédagogiques dans son ensemble ne sont pas encore connus à l’heure où nous mettons sur colonnes ces informations. Ce qui ne devrait pas prendre trop de temps étant donné l’engouement lié à l’idée de la reprise à la normale de la vie du pays. Une chose est toutefois à spécifier, la reprise en question  n’est pas encore envisageable pour les classes intermédiaires .

Vacances. Avec la situation qui prévaut actuellement dans le pays, les élèves malgaches – bien que des efforts soient menés pour essayer de combler les éventuelles lacunes – risqueraient de connaître une certaine baisse du niveau scolaire. Et les causes ne datent pas de cette année, les calendriers scolaires du pays ont été perturbés par diverses catastrophes ces trois dernières années. Si l’on ne prend que l’exemple des cyclones, de l’épidémie de peste, de rougeole et maintenant la pandémie de covid-19, les lacunes sont à craindre. Quoi qu’il en soit, la reprise des activités devrait se faire de façon progressive. Dans les autres pays du monde, le rallongement de l’année scolaire a été pris comme option afin de rattraper les retards causés par la crise sanitaire du Covid-19. Les acteurs concernés par l’éducation nationale et l’enseignement technique et professionnel devraient travailler de concert et prendre les précautions adéquates pour sécuriser les élèves et le personnel enseignant mais surtout garantir une année scolaire 2019-2020 digne de ce nom malgré les perturbations causées par le Covid-19.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.