Reconfinement : Début difficile à Tana

La matinée d’hier était presque normale à Antananarivo.

Air perdu se demandant ce qui devrait être fait dans les quinze jours à venir, timide attroupement devant des lieux de travail comme les marchés, discussions et commentaires sur les décisions de retour au confinement, les premières réactions d’une bonne partie des Tananariviens. Du moins, ceux qui vivent au jour le jour. Marchands ambulants, mécaniciens autos ou encore agents de lavage de voitures, ces personnes ont affiché un air dépité par la situation qui prévaut actuellement dans la ville des mille. Réaction tout à fait compréhensible compte tenu des difficultés engendrées par le confinement. Mais surtout étant donné que les séquelles des périodes de confinement d’avant sont encore endurées par les habitants d’Antananarivo. Conséquences, les mesures de confinement total ne sont pas respectées à la lettre. Beaucoup d’activités qualifiées par le gouvernement comme « n’étant pas essentielles » ont encore été exercées dans la matinée d’hier. Côté sortie, l’on a assisté à un quotidien tananarivien. Les gens sont sortis de chez eux sans trop tenir compte des gestes barrières comme les distanciations physiques ou le port des masques. La même impression a été observée dans la circulation. A Antaninarenina par exemple, des usagers de la route ont eu droit à leur dose de bouchons du lundi matin. Ce qui était inexplicable pour beaucoup.    

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.