Baccalauréat 2020 : 164 341 candidats inscrits, une baisse de 7%

Les examens du baccalauréat de cette année devraient commencer le 5 octobre prochain.

Antananarivo affiche le plus grand nombre d’inscrits à la session du baccalauréat de cette année avec 71 000 candidats.

Comme estimée par les responsables auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la session du baccalauréat de cette année a affiché une baisse du nombre de candidats inscrits. « Une situation prévisible compte tenu de la situation de crise liée au Covid-19 » selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRS). Et ce, malgré un délai assez long des inscriptions qui a couru du mois de février au mois de juillet de cette année. Ainsi, 164.341 candidats de l’enseignement général et de l’enseignement technique et technologique, se sont inscrits à la session du baccalauréat de cette année. Soit, une baisse de 7% par rapport aux statistiques de l’année passée qui ont observé près de 175.000 candidats inscrits dans toutes les régions du pays.  Selon les données recueillies auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Antananarivo affiche le record avec 71.000 candidats dont les 65.100 se sont inscrits en enseignement général et les 5.900 autres en enseignement technique et technologique. Toamasina arrive en seconde place avec 23.887 candidats inscrits. Antsiranana a enregistré le moins de candidats inscrits avec 13.378 dossiers en tout et pour tout.

Organisation.  Des milliers de parents de candidats inscrits à la session du baccalauréat de cette année craignent toujours une éventuelle annulation des examens. Ce à quoi le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique répond « les préparatifs vont bon train et comme annoncés par le président de la république, les examens officiels auront bel et bien lieu cette année ». Lesdits préparatifs étant menés de concert par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ainsi que du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel, les responsables auprès des universités du pays, les responsables auprès des offices du baccalauréat, et selon toujours le MESRS. Les conséquences néfastes de la crise du Covid-19 ne sont plus à démontrer. Espérons juste qu’elles ne se feront pas trop ressentir du côté des résultats des examens officiels.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.