Nouvelle espèce de lémurien : Découverte du Microcebus Johani

Le Microcebus Johani porte le nom du défenseur des lémuriens malgaches, le Pr Jonah Ratsimbazafy.

Onze années de recherche ont abouti à la découverte de cette nouvelle espèce de lémurien. L’animal est originaire du Nord-Est de Madagascar.

La nouvelle redonne espoir et interpelle plus que jamais sur l’impératif de tout faire pour sauver ce qui nous reste comme ressources en matière de biodiversité. La nouvelle c’est la découverte d’une nouvelle espèce de lémurien qui s’ajoute sur la longue liste des espèces que l’on ne retrouve qu’à Madagascar. Une découverte qui intervient après onze années de travail acharné mené par quatorze chercheurs de différentes nationalités dont le Pr Jonah Ratsimbazafy. Le nom de ce dernier a été choisi par la sommité scientifique qui a conduit les recherches pour baptiser la nouvelle espèce qui vient d’être découverte. Portant le nom de Microcebus Johani, cette espèce se distingue par « sa taille corporelle ainsi que plusieurs paramètres morphométriques », peut-on lire dans un communiqué de presse publié par le GERP ou Groupe d’Etudes et de Recherches sur les Primates hier. Le document faisant également savoir qu’originaire du Nord-Est de Madagascar, le Microcebus Johani correspond à un lémurien à gros corps et à oreilles courtes. Une de ses particularités réside également dans sa fourrure de couleur brune rougeâtre avec un ventre crémeux légèrement jaunâtre.

Rôles. Les lémuriens ainsi que les richesses naturelles de la Grande île constituent de véritables atouts touristiques. Outre cela, les lémuriens malgaches – plus de 112 espèces sont endémiques à la Grande Île – jouent un rôle prépondérant dans la conservation de la biodiversité et des milliers d’écosystèmes. En effet, si l’on ne prend que le cycle de renouvellement des forêts, ces animaux remplissent à la fois les fonctions de pollinisateurs et de disperseurs de graines. Des gestes naturels que ces animaux font gratuitement dans leur milieu naturel et que le gouvernement entend faire en dépensant beaucoup d’argents dans son projet de reboisement national. Un projet dont la mise en œuvre est plus que nécessaire étant donné que le pays ne disposerait plus que de 10% de sa forêt originelle. Le pays est à la croisée des chemins. En est-il seulement conscient? Là est la question.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. IL existe depuis longtemps cet animal il est nocturne pas seulement au Nord -Est de Madagascar allez vers Manambondro et ses environs en suivant la rivière Manambondro vous en trouvez beaucoup à l’ intérieure des forets et même sur les arbres creux des petits fluents . Si vraiment en tant Pr dans votre métier j’aimerai que vous allez prospecter dans la région entre Vangaindrano et Ranomena lieu dit AMPATAKA de confirmer s’il existe encore l’AIGLE Royal dans ce coin que mon père chassait avec son fusil quand cet oiseau tuait un de nos oie ça vers 1950

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.