Rapport planète vivante 2020 : Alerte sur le déclin de la nature dans la Grande Île

La biodiversité de Madagascar est en péril.

Sorti le 10 septembre 2020, le rapport « planète vivante 2020 » interpelle sur la nécessité de préserver ce qui reste comme richesses en biodiversité. 

La nature est en déclin et Madagascar n’est pas en reste. Ce que fait savoir le rapport « planète vivante 2020 » publié le 10 septembre 2020 dernier. Fruit des études menées par plus de 125 experts et scientifiques du globe, le document dresse un bilan sombre des espèces du monde, plus particulièrement celles de la Grande Île. « Nos espèces sont encore plus près de l’extinction selon le rapport planète vivante 2020 », peut-on lire dans un communiqué émanant du WWF Madagascar. Dans un esprit d’interpellation, le rapport en question rappelle que « la biodiversité de Madagascar est indiquée à haut risque depuis 2016. Que le pays risque de perdre 30% de ses espèces de faune et de flore à la fin du XXIème siècle ». Avant de noter « qu’en 2018, les régions des tropiques ont été affectées à cause des activités humaines dont la déforestation, la perte d’habitats naturels, le braconnage, impactant sur les espèces comme le cas des tortues des plateaux Mahafaly ». Le tout en revenant sur le rapport de l’UICN de cette année faisant savoir que «31 % de toutes les espèces de lémuriens de Madagascar sont aujourd’hui en danger critique d’extinction». Tout en enchaînant sur un rapport scientifique du WWF datant de 2019 démontrant que, 53% des aires protégées terrestres du pays sont très vulnérables au changement climatique. 

Partagée. Dans son communiqué, WWF Madagascar invite toutes les parties prenantes à « agir maintenant ». « Ensemble, protégeons et restaurons la nature, fondement d’une société Malagasy saine et d’une économie prospère », peut-on lire dans le document. La branche malagasy du WWF de préciser que « l’Etat à lui seul ne peut tout faire » et qu’il faut la « mobilisation de tout un chacun pour sauver la Nature ».« L’avenir de Madagascar et des Malagasy repose sur les ressources naturelles renouvelables que le pays dispose », lance le WWF Madagascar avant d’inviter à « mettre fin à tous les trafics de ressources naturelles et appliquer fermement les lois en vigueur dans leurs aspects préventifs que répressifs ». « Nous devons aussi assurer la pérennité de nos aires protégées et nos ressources marines ; cette biodiversité est « l’infrastructure » qui soutient notre société et notre développement », peut-on lire dans le communiqué du WWF Madagascar.

Recueillis par José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. …… voilà combien d’années , combien de dizaines d’années que des feux incontrôlés ravagent tous les ans des milliers d’hectares et tranforment l’Ile verte en Ile rouge …. Bien avant le changement climatique , les pratiques humaines répréhensibles ont largement mis en danger la Bio-diversité de Madagascar , le potentiel Agricole de Madagascar , la détérioration des sols sur l’ensemble du territoire Malgache ….

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.