Journalisme malgache : L’importance de la spécialisation

Des femmes journalistes qui ont participé à la formation sur le journalisme scientifique hier.

Une vingtaine de femmes journalistes malgaches ont été formées au journalisme scientifique hier.

« Les journalistes malgaches sont, en majorité, des généralistes. Le traitement de l’information s’en trouve ainsi limité, se résumant aux faits actuels ». Ce sont là les propos de Gerard Rakotonirina, président de l’ordre des journalistes de Madagascar joint au téléphone et interviewé sur la question de spécialisation des journalistes malgaches. Sur les quelque 1 250 journalistes que compterait la Grande Île, ceux qui disposeraient « des compétences poussées dans un domaine précis seraient les journalistes faits-diversiers qui se sont spécialisés dans les investigations ». Toujours autour de cette question de spécialisation, « les journalistes économiques viendraient après les faits-diversiers » si l’on s’en tient aux explications du président de l’ordre des journalistes de Madagascar. D’autres sources d’informations avancent l’intégration des journalistes scientifiques dans la liste des professionnels des médias spécialisés. Par ailleurs, diverses raisons pourraient ainsi expliquer cette situation. Le manque de formations dédiées aux journalistes pour le renforcement de leurs capacités ou encore la volonté même des concernés d’apprendre et de développer d’autres compétences est toujours avancé par les observateurs de la vie publique.

Avancée. Traitant d’un peu de tout, beaucoup de journalistes malgaches font toutefois partie de structures dédiées à un domaine spécifique. Association des journalistes de l’environnement, réseau des journalistes spécialisés en emploi et travail, quelques exemples de structures regroupant les professionnels des médias dans des thématiques précises.

La formation des femmes journalistes portant sur le thème « journalisme scientifique face à la Covid-19 » qui se déroule depuis hier entre dans le cadre des efforts pour le développement de ce métier à Madagascar. Entrant dans le cadre du projet « Ny Adidintsika » réalisé avec l’Agence Française du Développement (AFD) dont l’objectif repose sur la dissémination des informations ayant trait à la gouvernance et à la Covid-19, la formation aborde les thématiques telles que « le journalisme scientifique, le journalisme en temps de crise, les informations sanitaires ou encore le leadership et l’empowerment féminin ».

Recueillis par José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.