Hygiène : Le lavage des mains avec du savon, inaccessible pour 77% des Malgaches

Les enfants sont particulièrement vulnérables face au manque d’accès à l’hygiène, et sont exposés à de nombreuses maladies.

Premier geste barrière recommandé pour éviter de contracter la Covid-19, le lavage des mains avec du savon reste inaccessible pour des millions de personnes, à Madagascar et dans le monde.

 

À Madagascar, le simple geste de se laver les mains avec du savon est difficilement réalisable pour plus des trois-quarts de la population, faute de dispositifs permettant de le faire. En effet, 77% de la population, soit plus de 19 millions de personnes, n’ont pas de dispositifs de lavage des mains avec de l’eau et du savon. Dans plus de 80% des écoles, il n’existe aucun point d’eau potable, ni d’endroit pour se laver les mains. De ce fait, plus de quatre millions d’élèves ne peuvent tout simplement pas se laver les mains. Une porte ouverte à toutes sortes de maladies. Le problème est, en réalité, vécu à l’échelle mondiale. Le manque d’accès au lavage des mains avec du savon expose des millions de personnes à un risque accru de contracter la Covid-19 et d’autres maladies infectieuses, déclare l’UNICEF en amont de la Journée mondiale du lavage des mains.

 

Rôle crucial. « Cette pandémie a souligné le rôle crucial de l’hygiène des mains dans la prévention des maladies, tout en accentuant un problème déjà répandu : le lavage des mains avec du savon reste inaccessible pour des millions d’enfants sur leurs lieux de naissance, de vie et d’apprentissage », explique Kelly Ann Naylor, directrice adjointe EAH (Eau, Assainissement et Hygiène) à l’UNICEF. Et d’ajouter qu’il est « inacceptable que ce moyen pourtant si simple de se protéger ne soit pas à la disposition des communautés les plus vulnérables… »

Dans le monde, seules trois personnes sur cinq ont accès à des installations élémentaires pour se laver les mains ; et 40 % de la population, soit trois milliards de personnes, ne disposent pas d’installations pour le lavage des mains avec de l’eau et du savon à domicile. Dans les pays les moins avancés, ce pourcentage va au-delà des 75%. Dans ces pays, en effet, trois quarts de la population n’ont pas d’installations élémentaires pour se laver les mains à domicile, et sept établissements scolaires sur dix (huit sur dix pour Madagascar) ne disposent d’aucun endroit permettant aux enfants de se laver les mains avec de l’eau et du savon.

 

« Hand Hygiene for all ». L’UNICEF et l’OMS ont lancé l’initiative « Hygiène des mains pour tous », qui soutient l’élaboration de feuilles de route nationales visant à accélérer et à pérenniser les progrès en faveur de l’hygiène des mains, afin que celle-ci devienne l’une des pierres angulaires des interventions en matière de santé publique. « Pour ce faire, il est impératif d’améliorer rapidement l’accès aux installations de lavage des mains, à l’eau, au savon et au désinfectant pour les mains dans tous les milieux ; et de favoriser les actions susceptibles de faire changer les comportements au profit d’une hygiène optimale des mains », souligne l’organisation. Le but étant de garantir la disponibilité à long terme de produits et de services abordables, en particulier auprès des communautés vulnérables et défavorisées.

 

Hanitra R.

 

Quelques chiffres

 Les 77% de la population malgache n’ont pas accès à des dispositifs de lavage des mains avec du savon.

  • 80% des écoles à Madagascar ne disposent pas d’endroit pour se laver les mains avec de l’eau et du savon.
  • En Afrique subsaharienne, les 63 % de la population urbaine, soit 258 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations de lavage des mains.
  • En Afrique du Sud, les 47 % de la population urbaine , soit 18 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations élémentaires pour se laver les mains à domicile. Les citadins les plus aisés ayant près de 12 fois plus de chances de disposer de telles installations.
  • En Asie centrale et du Sud, les 22 % de la population urbaine, soit 153 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations de lavage des mains. Près de 50 % des citadins bangladais, soit 29 millions de personnes ; et 20 % des citadins indiens, soit 91 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations de base pour se laver les mains à domicile.`
  • En Asie de l’Est, 28 % des citadins indonésiens, soit 41 millions de personnes, et 15 % des citadins philippins, soit 7 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations élémentaires pour se laver les mains à domicile.
Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Ny zavatra toy itony dia anisan’ny laharam pahamehana ,nefa dia avela fotsiny amin’izao fa minadry aloha e .

  2. Tsy rariny loatra.Sady Mampalahelo no maha menatra. »Pauvre » …de nous.

  3. Déjà que la Jirama est dans l’impossibilité de fournir de l’eau comme il se doit……..Pas gagné de sensibiliser aux règles de bonne hygiène……
    Mais ceci est secondaire car le pays « s’ industrialise » . Que des effets d’annonces pour mieux masquer la réalité et ses carences

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.