Recherche scientifique : 279 861 USD pour deux centres nationaux

Signature des accords de financement de recherche vendredi dernier à Ambatobe.

Le Centre national de recherche océanographique et le centre national de recherche environnementale ont respectivement bénéficié de financement de 118.861 USD et 161.000 USD pour une meilleure gouvernance gouvernementale.

La recherche scientifique malgache vient de recevoir un appui de taille. Deux accords de financement à l’endroit de deux centres de recherche malgaches, à savoir le Centre national de recherche océanographique et le Centre national de recherche environnementale ont été signés vendredi dernier à Ambatobe. Rentrant dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Developing Collaborative Strategies for Sustainable Management of Mangroves in the Boeny Coastal Region, Madagascar », le premier accord de subvention de recherche, d’une durée de 13 à 24 mois, entend « contribuer à l’atteinte des objectifs du programme régional WIOSAP de la Convention de Nairobi ». Le second, quant à lui, rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Renforcement du cadre réglementaire et des capacités nationales de surveillance des rejets d’effluents, de la qualité de l’eau et des sédiments dans les zones côtières et marines de Madagascar, cas de la baie de Bombetoka» qui devrait durer 18 à 24 mois. Il conviendrait de noter que les deux projets contribuent à l’atteinte des objectifs du programme régional WIOSAP ou  Strategic Action Programme for the protection of the Western Indian Ocean de la convention de Nairobi qui ambitionne de « réduire les impacts des activités terrestres et gérer durablement les écosystèmes côtiers et fluviaux critiques grâce à la mise en œuvre des projets avec le soutien des partenaires nationaux et régionaux ».

Concret. Diverses activités sont prévues dans le cadre de la mise en œuvre des projets de financement en question. A savoir : « L’actualisation des informations sur l’inventaire floristique et faunistique existante, analyse des structures de gouvernance locale sur la gestion des mangroves, proposition d’améliorations sur la conservation et gestion en concertation avec les communautés locales ». La mise en œuvre de cet accord de financement consiste également à « organiser des actions de restauration de mangroves et de protection en amont ». Le but étant de mettre en place un système de gouvernance pour la forêt de mangroves des zones côtières de l’ouest du pays. Mais également pour mettre en place de nouveaux moyens de subsistance pour les communautés locales.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.