Techniciens forestiers : Le Centre national sort sa première promotion

Le manque de techniciens forestiers est manifeste dans la lutte pour la sauvegarde de l’environnement. Conséquence : un technicien réunionnais s’occupe de 981 Ha tandis qu’un technicien forestier malgache se charge de 200 000 Ha.

Après une suspension de ses activités de près de soixante ans, le Centre National de Formation de Techniciens Forestiers (CNFTR) d’Angavokely sort, de façon officielle, sa première promotion. Vingt-cinq nouveaux diplômés composent ce premier jet de techniciens forestiers qui ont suivi une formation de deux ans sur des modules de formation tels que l’écologie, la gestion de l’environnement, les normes et législations, la sylviculture, la conservation et la restauration forestière ou encore la valorisation des produits forestiers. Ainsi, l’opérationnalisation du CNFTR s’aligne avec le « principe du développement de capital humain au service de la gestion des ressources naturelles ». « Un engagement de l’État qui répond au 10e velirano du président de la République », d’après la ministre de l’Environnement et du Développement durable Baomiavotse Vahinala Raharinirina durant son discours officiel le 6 novembre dernier.

Intersectoriels. Il convient de noter que l’opérationnalisation du centre en question a été rendue possible grâce à la collaboration et à la participation de plusieurs entités. Entre autres, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche à travers le programme de formation professionnelle et d’amélioration de la production agricole, le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle ainsi que les partenaires comme le programme PAGE/GIZ et le programme RINDRA. Le retour aux activités du CNFTR constitue une avancée palpable en matière de résolution des problématiques liées au manque de ressources humaines pour une meilleure gestion des ressources naturelles du pays. Une problématique majeure décriée par les acteurs environnementaux. En effet, un agent forestier malgache s’occupe de plus de 200 000 Ha de forêts contre 891 Ha pour un agent forestier Réunionnais.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.