Covid-19 : Pas de crainte d’une deuxième vague chez les Tananariviens 

Porté de la mauvaise manière : sous le menton ou sans couvrir le nez, le masque est un accessoire de plus en plus négligé ces derniers temps.

Le respect des gestes barrières n’est plus une priorité pour les Tananariviens, si l’on en juge par le laisser-aller observé dans les espaces publics ou privés.

Le port du masque, davantage motivé par la crainte des policiers, est vite abandonné dès que ces derniers ont le dos tourné. Quant à la distanciation sociale, elle n’est plus du tout respectée dans la rue comme dans les lieux de travail, les écoles, et encore moins dans les lieux à grande affluence comme les marchés et les grands magasins. A tel point que la crainte de la deuxième vague n’est pas palpable, encore moins visible chez les Tananariviens. Il en est de même dans les autres grandes villes telle Toamasina où le masque a quasiment disparu des visages dans les rues. Le porteur du masque est parfois dé… visagé comme pour lui signifier que le port de cet accessoire n’a plus sa raison d’être. C’est en tout cas ce que ressentent certains visiteurs de la ville du Grand Port, ces derniers jours. Or, le coronavirus n’a pas encore totalement disparu de l’environnement local à Madagascar. Les 122 cas de Covid-19 pour l’ensemble du pays, rapportés par le CCO samedi dernier, témoignent encore de la présence du coronavirus dans un peu moins d’une quinzaine de régions de Madagascar. En effet, 13 régions de la Grande île comptent encore des cas de Covid-19 actuellement, soit plus de la moitié des 22 régions existantes.

Les statistiques sur l’épidémie de Covid-19 à Madagascar restent, cependant, sans commune mesure avec celles des pays actuellement en pleine deuxième vague, notamment en Europe où les regains des contaminations se multiplient, ou encore en Asie où ceux-ci sont beaucoup mieux maîtrisés. Néanmoins, à l’heure où le pays peine à faire face aux impacts économiques de l’épidémie, une éventuelle deuxième vague serait catastrophique sur le plan sanitaire, social et économique, lit-on dans les divers espaces virtuels d’expression. Les réalités du terrain le confirmeront ou l’infirmeront dans quelques mois.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. c’est un virus lié au flux populatiionnel…. à la promiscuité….
    Critère populationnel non quantifiable , ni prévisible comme en mathématique ou physique…

    la distanciation et l’hygiène (lavage des mains ) sont ils vraiment assurés ???

  2. Ka ny mpitondra mihintsy no tsy modely e!!! rehefa vadin’ny mpitondra dia tsy manao masque eny amin’ny fivoriam_bahoaka , izay io … ka nahoana ny hafa no asaina mamafa lalana rehefa mba tsy manao , dia inona moa izany no tena marina !!

  3. Ny aretina dia mbola tena mahazo vahana ,saingy ny mpitondra tokony hanafy ny feo amin’ny endriny rehetra ,toy ny fitondrana aron bava sy orona ,fanajana ny elanelana ,tsy misy fivorivoriana ,fanajana ny fahadiovana sy ny sisa ,fa rehefa ny lehibe tokony hanome lesona sy ohatra tsara no tsy manao ny asany dia zaran ‘ny olona ko ary ,Viva la liberté namako oo

  4. La plupart des gens vivent en autarcie familiale ou villageoise. Ce sont ceux qui s’agglutinent encore dans les bas quartiers des villes qui sont en danger pour la covid, le choléra et autres fléaux. L’exode urbain c-a-d le retour à la campagne est LA SOLUTION même en Occident pour assainir l’air, l’alimentation et le mode de vie.
    L’achat de vêtements neufs est ringard et les SUV et 4X4 bannis ou lourdement taxés car les voitures DOIVENT être électriques désormais. La terre, le soleil, l’air et l’eau sont redevenus essentiels, ne les cédez pas svp.

  5. Déjà qu’ils n’avaient pas peur de la 1ere vague !!! alors la 2eme , n’en parlons même pas !!
    Un malgache qui respecte les lois et les réglements n’est pas un vrai malgache !! LOL

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.