Equator Prize du PNUD : VOI TAMIA à la 2ème place au niveau mondial

Remise du prix de 10 000 dollars à VOI TAMIA.

L’Equator Prize est une initiative du Programme des Nations Unies pour le Développement, dont le but est de récompenser les communautés ou groupements qui gèrent le mieux la nature. Cette année, c’est VOI TAMIA (Vondron’Olona Ifotony Tatamo Miray) qui a été élu deuxième mondial et a reçu hier 10 000 dollars de récompense.

La cérémonie de remise de la récompense de l’Equator Prize s’est tenue à Antsirabe, hier. A titre de rappel, VOI TAMIA est une petite structure créée en 2004 qui gère le lac Andranobe dans la région Vakinankaratra. Selon le président de la structure : « les 10 000 dollars que nous avons reçus vont permettre d’améliorer nos activités, notamment la pisciculture d’Andranobe qui figure parmi les principaux fournisseurs de poissons dans la région Vakinankaratra ». Pour ce qui est des activités qui lui ont valu ce titre de lauréat cette année, VOI TAMIA a mis en place une plantation d’arbres à Andranobe pour empêcher l’eau de tarir, ce qui a permis d’augmenter la production de poissons à 20 tonnes par an depuis 2005. En plus de cela, le projet a également donné naissance à une adduction d’eau potable pour 3 500 personnes habitant la zone.

Avec le classement de cette année de VOI TAMIA, Madagascar figure parmi les lauréats de concours du PNUD pour la septième fois. Et encore, sur ces sept lauréats, cinq sont issus de l’association TAFO MIHA AVO, à l’instar de VOI TAMIA. Il convient aussi de rappeler que ce prix décerné tous les deux ans comptait 600 candidats pour 2020. C’est dans ce contexte que VOI TAMIA s’est illustré en se positionnant deuxième mondial malgré la crise sanitaire qui a beaucoup pesé sur les activités de la structure. On attend maintenant de connaître les lauréats de l’année 2022 et surtout de savoir si d’autres structures malgaches succèderont à VOI TAMIA dans ce concours.

Enfin, VOI TAMIA est le fruit du dur labeur de 120 membres issus de 04 fokontany : Ambohitsokina, Avarabohitra, Andohafarihy et Tsarafara. En tout cas, avec ce genre de programme, la protection de la nature obtient un bon point.

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.