Université d’Antsiranana : Un incendie a fait un mort, deux étudiants brûlés et une soixantaine de sinistrés

Déclaré vers minuit, l’incendie a été maîtrisé vers trois heures.

Les premières constatations attribuent la cause de l’incendie à un court-circuit.

Drame. C’est ce qui qualifie le mieux ce qui s’est passé à l’université d’Antsiranana vers minuit samedi dernier. Un incendie s’est en effet déclaré ravageant un logement estudiantin, le bloc PV Tilikambo, qui accueille une soixantaine d’étudiants. « Le feu a tout pris. J’ai perdu mes diplômes, mes affaires, le peu que j’avais. » déplore un étudiant originaire de la région Sava joint au téléphone hier. Le premier bilan fait état d’un décès, deux blessés, une soixantaine d’étudiants sinistrés et des pertes matérielles considérables. Le décès en question concerne un étudiant originaire du district d’Andapa inscrit à l’Université d’Antsiranana. La cause de l’incendie, quant à elle, est attribuée à un court-circuit. Tandis que le feu aurait pris deux heures pour être maîtrisé. Les informations recueillies auprès de l’Université d’Antsiranana font également savoir que les associations estudiantines, des membres de cabinet auprès du ministère de tutelle ainsi que les autorités locales se sont donné la main afin d’organiser le rapatriement de la dépouille mortelle de l’étudiant d’Andapa. Le rapatriement en question étant assuré par les étudiants. La solidarité entre le ministre Elia Béatrice Assoumacou, la vice-présidente de l’Assemblée nationale pour le province d’Antsiranana Jocelyne Rahelihanta, le gouverneur de région Diana Daodo Arona Marisiky ainsi que la présidence de l’université d’Antsiranana a, par ailleurs, permis d’effectuer une première réponse. 20 sacs de riz, 2 sacs de légumineuses, 20 litres d’huiles, 20 sceaux et 20 cuvettes ont été remis aux sinistrés afin de leur permettre de faire face, de façon provisoire, à la situation.

Politicienne. « Ça commence à être beaucoup. » Ce sont là les premières réactions d’un internaute malgache face à l’annonce de l’incendie qui a ravagé des logements estudiantins dans l’Université d’Antsiranana. En effet, trois universités du pays ont connu des incendies dévastatrices cette année. Situation que beaucoup d’observateurs qualifient « d’anormale » et qui aurait des liens avec  » la politique politicienne« . Certains attribuent ces faits à des velléités « de fomenter des troubles au niveau de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ». « La paix qui règne actuellement dans l’univers de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ne plaît pas à certains bords. Comme c’est l’un des ministères où il y a le plus de troubles, certains essaient de tenter leur chance« , a lancé un observateur qui a préféré taire son nom. Pour en revenir à l’incendie qui s’est déclaré au campus universitaire d’Antsiranana samedi dernier, la vétusté des infrastructures additionnée à la part d’irresponsabilité des étudiants sont souvent à l’origine des catastrophes. Des faits que l’on peut toutefois éviter s’il y a suffisamment de volonté de changer les choses.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.