Biodiversité : 31 espèces déclarées éteintes

Les protéas, parmi les espèces particulièrement sous pression.

Réactualisée régulièrement, la Liste rouge de l’UICN publiée le 10 décembre 2020 fait état de l’extinction officielle d’espèces faunistiques et floristiques touchant en majorité l’Asie et le continent américain.    

La dernière mise à jour de la Liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) indique l’extinction de 31 espèces. Parmi elles, 15 espèces de poissons d’eau douce endémiques du lac Lanao aux Philippines, déclarées « Éteintes », et deux espèces « En danger critique (probablement éteintes) ». Ces extinctions résultent, d’une part, de la présence d’espèces prédatrices introduites, et d’autre part, de la surexploitation et des méthodes de pêche destructrices dans la zone d’évolution de ces espèces.

Requin perdu. Outre les espèces disparues de poissons d’eau douce du Lac Lanao et de ses déversoirs, le requin perdu ou Carcharhinus obsoletus, fait également partie des espèces « éteintes ». Décrite seulement en 2019, cette espèce entre déjà dans la Liste rouge de l’UICN dans la catégorie « En danger critique (probablement éteint) ». Le requin perdu a été observé pour la dernière fois en 1934. Zone de pêche parmi les plus surexploitées au monde, son habitat, en mer de Chine méridionale, a subi une pêche importante pendant plus de 100 ans, ne laissant aucune chance à la survie de cette espèce rare de requin.

Chytridiomycose. Chez les amphibiens, trois espèces de grenouilles d’Amérique centrale sont également déclarées éteintes. En outre, vingt-deux espèces de grenouilles ont été répertoriées comme « En danger critique (probablement éteintes) » en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Ce déclin plus qu’inquiétant résulte des ravages de la chytridiomycose, maladie infectieuse émergente, responsable de la diminution des populations d’amphibiens dans diverses parties du monde. Cependant, des actions de conservation en faveur des habitats essentiels ont permis à plusieurs autres espèces d’amphibiens de se rétablir.

Menace toujours présente. Dans le règne végétal, la famille des protéas, plantes à fleurs présentes dans l’hémisphère sud, subit de sérieuses pressions. Il en est de même pour les chênes, dont un tiers des espèces sont menacées d’extinction. Rappelons que dans la dernière édition de la Liste rouge de l’UICN (version 2020.3), sur les 128 918 espèces étudiées, 35 765 sont classées menacées. 40% des amphibiens, 14% des oiseaux, 26% des mammifères, 33% des requins et raies, 33% des coraux constructeurs de récifs et 34% des conifères, sont aujourd’hui menacés d’extinction au niveau mondial.

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.