Réouvertures des frontières : Inquiétudes face à la découverte de nouvelles souches du Coronavirus

Si l’annonce officielle, le 14 décembre, de la découverte d’une nouvelle souche du Sars-CoV2 en Angleterre n’a pas aussitôt créé la panique, l’annonce samedi dernier de sa très forte contagiosité a fait monter la pression d’un coup. Une nouvelle souche a également fait exploser les chiffres de la deuxième vague en Afrique du Sud. Autant de paramètres à prendre en compte par Madagascar qui vient de rouvrir ses frontières.

En quelques heures, toute l’Europe, ou presque, se barricade. La forte contagiosité, 40% à 70% plus élevée, de la nouvelle souche découverte en Angleterre a eu pour effet d’affoler jusqu’au-delà des frontières de ce pays. En effet, peu de temps après l’annonce faite le 19 décembre par les autorités sanitaires britanniques sur cette capacité de transmission beaucoup plus forte de la nouvelle souche, plusieurs pays voisins du Royaume-Uni ont suspendu les vols en provenance de ce pays. A quelques milliers de kilomètres de là, mais bien plus proche de Madagascar, en Afrique du Sud, une nouvelle souche est déjà au cœur de la deuxième vague. La réouverture des frontières malgaches suscite alors quelques inquiétudes. Rappelons que plusieurs vols spéciaux aller et retour, reliant l’Europe (au départ de Paris) à Antananarivo, via Addis Abeba pour quelques-uns de ces vols, sont prévus jusqu’au 19 janvier 2021 et assurés par Air Madagascar en collaboration avec plusieurs compagnies aériennes.

501-V2. L’inquiétude des pays européens vient notamment de la capacité de transmission extrêmement rapide de la nouvelle souche découverte au Royaume-Uni, tout comme celle qui sévit actuellement en Afrique du Sud, avec un nombre assez élevé de patients jeunes sans comorbidité. Cette nouvelle souche sud-africaine dénommée « variante 501-V2 », se répand ainsi à une vitesse inquiétante. Même constat au Royaume-Uni où les chercheurs ont été alertés par la communauté scientifique sud-africaine suite à l’identification de leur propre nouvelle variante. Des informations qui, selon le ministre de la Santé sud-africain, ont permis aux scientifiques britanniques de découvrir à leur tour une souche similaire. Dans tous les cas, ces nouvelles variantes inquiètent les épidémiologistes internationaux par leur contagiosité élevée par rapport aux autres souches connues jusqu’à présent. Cependant, les études effectuées sur ces souches récemment découvertes ne spécifient pas un taux de mortalité plus élevé. De même, aucun élément ne permet d’indiquer si elles rendent les vaccins inefficaces. Les études en cours se penchent particulièrement sur ce dernier point.

Mutation. Selon les explications scientifiques, la mutation de la nouvelle souche britannique s’opère au niveau de la pointe qui se trouve à la surface du virus, lui permettant de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer. Selon un scientifique britannique, cité par la presse internationale, cette mutation, nommée N501Y, « circulait déjà sporadiquement depuis plusieurs mois dans d’autres pays : au Brésil en avril, en Australie en juin et juillet et aux États-Unis en juillet. Actuellement, Londres et une partie de l’Angleterre sont en reconfinement face à cette nouvelle souche qualifiée de « hors de contrôle », tandis qu’en France, un conseil de défense sanitaire s’est tenu, hier. Bien entendu, le monde suit la situation de très près.

Hanitra R. ,

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.