Diabète : Le dépistage encore un grand luxe

Il est important de se faire diagnostiquer afin de suivre et d’équilibrer son diabète.

Le diagnostic du diabète n’est pas encore accessible dans tous les 2 725 centres de base dans toute l’île. Le coût du dépistage dans les CSB ne devrait pas, par contre, dépasser les 5 000 ariary.

Une maladie qui tue à petit feu. Les maladies non transmissibles, y compris le diabète, constituent la première cause de décès dans le monde. A Madagascar, la disponibilité des dépistages de cette maladie au niveau des formations sanitaires publiques constituent encore un grand luxe. Seuls 2% des 2 725 Centres de santé de base (CSB) disposent des tests à Madagascar, selon les dernières données disponibles en 2020, d’après le directeur de la lutte contre les maladies non-transmissibles auprès du ministère de la Santé publique,  Dr Vincent Rakotoarison. Selon toujours ce responsable, 10% de la population ont effectué des dépistages d’après les estimations, ce qui est encore largement insuffisant par rapport aux objectifs fixés. « La non-disponibilité des tests au niveau des centres de santé de base constitue un obstacle majeur dans la lutte contre le diabète. Plus le diagnostic est fait tôt, moins les traitements sont lourds », a-t-il expliqué

Pour y remédier, des efforts sont actuellement mobilisés par le ministère de la Santé et ses partenaires pour la dotation de glucomètres aux formations sanitaires. Le dépistage ne sera pas certes gratuit mais il sera par contre à la portée de toutes les bourses. « Le coût du dépistage dans les CSB ne devrait pas dépasser les 5 000 ariary.  Dernièrement, nous avons effectué un déplacement dans la Haute Matsiatra pour la remise de glucomètres dans les centres de dépistages de cette région. Une opération qui se poursuivra encore dans les autres localités du pays », poursuit le Dr Vincent Rakotoarison. Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 , le directeur des opérations au niveau de l’AMADIA , le Dr Haja Ramamonjisoa , a indiqué que le dépistage est crucial, particulièrement dans les circonstances actuelles où être diabétique est un facteur aggravant en cas de Covid-19.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.