Enseignement supérieur : Les employés du CROUA entrent en grève

Après avoir tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises, les employés membres du syndicat du Centre régional des œuvres de l’université d’Antananarivo (CROUA) ont décidé d’entrer en grève depuis hier. Ils revendiquent le paiement de leurs salaires qu’ils n’ont plus perçus depuis le début de cette année. Selon le vice-président de ce syndicat, Tefy Andriatsitohaina, aucun service minimum ne sera observé pendant cette grève. « Nous en avons ras-le bol des promesses non-tenues par le ministère de l’Enseignement supérieur et du Croua. Cette grève s’arrêtera lorsque nos salaires seront payés », a-t-il souligné. D’après les membres de ce syndicat, les responsables concernés ont promis qu’ils allaient percevoir leurs salaires vendredi dernier mais ce ne fût pas le cas.

Après avoir été informé de cette grève, le directeur du Croua , Mahefa Rasolomandimby, a rencontré les grévistes. Il a indiqué que ce retard de paiement se situe au niveau des procédures compte tenu de la numérisation de la liste des employés qui devraient en bénéficier. Il a aussi rassuré ses employés sur le fait qu’ils auront entre les mains leurs salaires dès que la liste sera assainie. En attendant, les grévistes ont indiqué que les dossiers concernant le renouvellement ou encore la mutation au niveau des cités universitaires sont suspendus.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Tous les ans, c’est toujours la même rengaine, retards de paiement, des salaires, des bourses, des enseignants, etc… Des responsables incompétents, des outils de contrôle déficients, une gestion inadaptée, une ressource budgétaire incontrôlée, opaque et dilapidée ? Il serait grand temps de nettoyer cet univers (ité) qui devrait être un temple du savoir, de l’excellence, du mérite et de l’intelligence et non celui de la médiocrité, de l’incompétence et de la bêtise. Le pays mérite mieux de ses élites que ces biens tristes scènes d’incompréhensions ou de colères continuelles qui, au prix de mort et blessés, ternissent son image et celle de ceux qui y servent avec dévouement pour offrir un avenir meilleur aux générations futures.

  2. L état croule sous les millions d euros et de dollars qui arrivent chaque mois des partenaires étrangers c est déjà une honte de dépendre de ces aides c est doublement honteux de ne même pas pouvoir les gérer correctement.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.