Pandémie de la Covid-19 : Impacts négatifs sur la situation des enfants à Madagascar

La fermeture des écoles a eu des impacts néfastes sur la scolarité des enfants malgaches.

Une nouvelle enquête, réalisée par le ministère de l’Economie et des Finances et l’Unicef, démontre que la vie des enfants à Madagascar est devenue encore plus difficile en raison de la pandémie de Covid-19.

Les domaines de l’éducation, la santé, de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène ont été négativement impactés par la crise de la pandémie de la Covid-19 selon les résultats de « l’enquête rapide sur l’impact socio-économique de la Covid-19 sur la situation des enfants à Madagascar ». Menée au cours du mois d’octobre 2020, l’enquête a été « réalisée par téléphone et a concerné un échantillon de 1.580 ménages, représentatif de l’ensemble du pays et répartis dans les 22 régions ». Ainsi, « au niveau de l’éducation, seulement près de la moitié (43%) des écoles ont été réouvertes entre la fin du mois de mars 2020 et la période de l’enquête (septembre 2020). La quasi-totalité des enfants fréquentant ces écoles ont cependant pu reprendre les cours ». Les résultats de l’enquête révèlent également « une baisse de 5 points du pourcentage d’enfants pour lesquels l’accouchement de la mère a été assisté par un personnel de santé qualifié». De 64%, en 2018 selon les résultats de l’enquête MICS, ledit pourcentage serait de 59% en 2020.

Positive. Si l’enquête a enregistré un taux d’utilisation, de 14%, de gel hydroalcoolique pour se laver les mains, la pratique serait essentiellement urbaine. Le taux d’utilisation en milieu rural étant de 11%. Les réponses à la pandémie de Covid-19 ont toutefois apporté des notes positives dans certains secteurs. L’incidence du travail des enfants aurait connu une légère baisse entre 2018 et 2020 en allant de 41% à 34%. Une nette régression obtenue grâce à « la contraction générale de l’économie et des activités économiques ». La note positive touche également le secteur de l’assainissement et de l’hygiène. « 92% de la population utilisent un objet mobile comme Dispositif de Lavage de Mains (DLM) et la quasi-totalité (98%) des personnes ayant un DLM ont déclaré avoir du savon disponible », avancent les résultats de l’enquête.

Recueillis par José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.