Adduction en eau potable : 1,8 millions nouveaux bénéficiaires depuis 2020

Voahary Rakotovelomanantsoa est une femme de terrain qui multiplie les descentes pour la supervision des travaux réalisés.

Le ministère de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement mise actuellement sur l’accélération de l’accès de la population à l’eau potable. Depuis l’année dernière, les bénéficiaires se chiffrent à 1.276.627 personnes

 Augmenter le nombre de personnes ayant accès à l’eau potable. C’est l’objectif fixé par le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (MEAH) pour que la majorité de la population puisse en bénéficier d’ici 2023. Dans le rapport de réalisation annuel (janvier 2020-mai 2021) présenté récemment à l’Assemblée Nationale en visioconférence, la ministre Voahary Rakotovelomanantsoa a fait savoir que 1 837 627 habitants sont les nouveaux bénéficiaires en eau potable depuis 2020, dont 1.276.627 à travers les différents travaux, et 561.000 à travers la distribution d’eau par camions citernes. Dans sa vision, le MEAH compte bien fournir l’accès à l’eau potable à un prix socialement acceptable pour 60% de la population, d’ici 2023, si ce taux est actuellement de 43%. D’après toujours la ministre, la mise en œuvre de nouveaux moyens de production a permis d’accélérer l’accès de la population à l’eau potable à travers tout le pays, et d’en maîtriser les prix. Des actions sont également mises en œuvre pour mieux gérer les bassins versants et développer une gestion intégrée des ressources en eau. Un processus est en cours afin d’élaborer des schémas directeurs d’aménagement et de gestion intégrée des ressources en eau au niveau des six principaux bassins versants du pays.

Par ailleurs, plusieurs projets ont déjà été menés en matière d’adduction en eau potable dans plusieurs localités du pays, y compris les zones enclavées. Dans son rapport, la ministre Voahary Rakotovelomanantsoa a fait savoir que des systèmes d’alimentation en eau potable de 45 chefs-lieux de districts ont été améliorés, si d’autres ont été construits. Pour Antananarivo, il y avait la réalisation du projet Jirama Water III, la construction d’une station de traitement de 40 000m3 par jour à Mandroseza, ou encore la mise en place de 10 stations conteneurisées d’une capacité de 10m3 par heure chacune. 46 forages sont en cours de réalisation, en amont d’unités de traitement, équipées de réservoirs, et s’intégrant aux réseaux de distribution pour la Capitale et les communes périphériques. Le Sud du pays n’est pas en reste, et elle n’a donc pas oublié de présenter aux parlementaires les sept grands projets qui vont être mis en œuvre dans les régions Anosy et Androy.

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. 1,8 millions de personnes supplémentaires pour faire la queue aux bornes fontaine. Le progrès c est l eau au robinet pas dans la rue comme au 19e siècle….. ces statistiques ne veulent rien dire…

Poster un commentaire