Correction du BEPC : Niveau moyen en général

Sauf changement, les résultats devraient être connus la semaine prochaine pour Tana-ville.

Jusqu’ici, la majorité des notes au BEPC tourne autour de la moyenne. Aussi incroyable que cela puisse paraître, la régression de la maîtrise de la langue maternelle a été fortement remarquée.

La correction des épreuves écrites du BEPC se poursuit. Dans l’ensemble, les correcteurs ont remarqué que le niveau des élèves malgaches stagne. C’est le cas pour les mathématiques qui sont toujours jugées difficiles par les candidats chaque année. Le constat reste le même pour cette session 2021 et les mauvaises notes pleuvent pour cette matière. « Même pas la moitié des copies que j’ai corrigées ont eu la moyenne. La majorité des candidats ont eu 8/20, 7/20 et 9/20. Comme chaque année, les candidats se rattrapent dans d’autres matières et ce n’est pas étonnant s’ils ont juste la moyenne pour la totalité des notes », selon un correcteur qui veut garder l’anonymat. Pour les autres matières, de nombreux correcteurs ont indiqué que les candidats ont eu en général une moyenne de 10/20.

En nette régression. C’est ce que les enseignants du « malagasy »  ont constaté durant la correction des copies au BEPC. Selon Tahirisoa Radomanantsoa, un professeur de « malagasy », les notes obtenues par les candidats se situent entre 10/20 et 16/20 mais la majorité d’entre eux ont eu 13/20 et 14/20. « Beaucoup de lacunes ont été soulevées par les correcteurs. Les candidats ne maîtrisent pas les fondamentaux, ils s’expriment mal et ne maîtrisent pas la grammaire et la syntaxe », se désole cet enseignant. Il ira même jusqu’à dire que certains candidats n’ont pas hésité à utiliser des abréviations comme l’arobase (@) ou encore le langage SMS dans leur copie. D’après lui, cette baisse du niveau des candidats se situe au niveau de la lecture. «  Avec le développement de la nouvelle technologie, les jeunes se détournent de la lecture. Certains s’abstiennent même de relire ce qu’ils ont composé avant de sortir de la salle d’examen », renchérit-il.

Vacations. Comme chaque année, le retard du paiement des agents vacataires du CEPE et du BEPC a fait l’objet d’une revendication. Ce retard a eu des impacts sur la correction des copies, selon un enseignant croisé dans un centre de correction de la capitale. « Dans notre décision, il a été indiqué que 39 correcteurs sont affectés pour la correction mais 20 seulement ont répondu à l’appel. De ce fait, chaque correcteur a été contraint de corriger 120 copies au lieu de 80 pour la journée », se plaint-il.  Et un autre correcteur d’enchaîner que « les travaux de correction sont loin d’être faciles. Nous ne travaillons pas selon notre disponibilité mais il y a un calendrier à respecter pour que les résultats soient disponibles le plus vite possible mais ce n’est pas toujours évident avec ce manque de ressources humaines ».

Narindra Rakotobe

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire