Football – Journée de la solidarité : Pari tenu pour la ligue d’Analamanga !



Jacaranda

Pour un test, la Ligue d’Analamanga ne pouvait trouver mieux que cette course de solidarité de samedi autour du lac Anosy, pour montrer à la face du monde que le football est resté le sport-roi à Madagascar. Qu’il vente ou qu’il pleuve…

Essai transformé ! C’est le cas de le dire pour cette initiative de la Ligue de football d’Analamanga qui a choisi de s’exprimer dans la rue pour montrer que cette discipline n’est pas morte comme on avait tendance à le faire croire.

De mal en pis. L’amour et la passion sont restés vivaces dans les esprits. Mais pour espérer décoller, il faut le soutien de tout le monde et en particulier de l’Etat.

Si le président de la Ligue d’Analamanga est resté volontairement évasif sur le sujet en se contentant de lancer un vibrant appel de…solidarité, le président de la Fédération Malgache de Football, Ahmad, n’y est pas allé par quatre chemins pour dire que la situation va aller en s’empirant si l’Etat continue de ne rien faire pour le football. Il revient d’ailleurs sur l’insuffisance des infrastructures en parlant de sept stades de football aux normes internationales à Maurice alors que c’est presque inexistant chez nous car, il l’affirme, il a fallu négocier auprès de la FIFA et de la CAF car même Mahamasina et Mahajanga ne répondent pas encore aux exigences de ces instances internationales.

Le président Ahmad écorche au passage Tafita qui, en 20 ans, n’a rien fait pour aider le football à avoir  des infrastructures décentes car, il l’a dit la base de tout développement part de là.

Motivation. Et de fil en aiguille, Ahmad est revenu à la charge pour la transformation en synthétique de la pelouse de Mahamasina. « C’est incroyable que nous faisons la fine bouche pour un investissement de près de 7 milliards de nos francs », déplore-t-il tout en lançant un appel au nouveau PDS pour qu’il prenne une décision jusqu’à la fin du mois d’avril.

Il affirme d’ailleurs qu’il lui faut tout juste un accord pour que les travaux commencent dans l’immédiat.

Profitant des débats d’après au domicile du président de la ligue d’Analamanga, il a expliqué que le mauvais classement malgache était prévisible depuis que la FMF a choisi de ne plus aligner son équipe première. « Les points pour le classement mondial s’attribuent après les matches mêmes pour les rencontres amicales mais faute de moyens, la Fédération a dû opter pour la préparation de la relève et l’organisation de la CAN 2017 pour les moins de 17 ans à domicile et tout ce qui gravite autour. »

Un aveu d’impuissance qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, car en attendant une aide encore faut-il le dire hypothétique de l’Etat, les grands clubs vont s’organiser pour monter une équipe nationale seniors et participer aux éliminatoires de la CAN 2015.

« Faire partie de l’équipe nationale est une source de motivation supplémentaire pour les joueurs et qu’il va falloir œuvrer dans ce sens », prévient le président de Tana Formation, Hery Rasoamaromaka , qui se déclare prêt à apporter sa part d’eau au moulin.

Et il n’est pas le seul car d’autres présidents vont lui emboîter le pas. Le football ne peut qu’en tirer un grand bénéfice.

Clément RABARY

Share This Post