6 avril, sport au service du développement et de la paix : Une grande première qui mérite réflexion



Jacaranda

A-t-on toujours et encore besoin des autres pour nous faire réfléchir sur les impacts positifs du sport sur notre nation ? Nous avons beau le crier tant et tant de fois, le sport n’est pas encore une priorité pour Madagascar. A l’international, ils ont décrété la journée de dimanche 6 avril pour être la « Journée internationale du sport au service du développement et de la paix ». Une grande première et la directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a dit « nous célébrons le pouvoir du sport de réunir des personnes de cultures différentes autour de valeurs partagées, appelons l’attention sur l’importance du sport pour une vie saine et des sociétés résilientes et soulignons le rôle capital du sport pour la promotion de l’égalité des genres et de l’autonomisation des jeunes ».

Si l’on y ajoute ceci : « Jamais le sport n’a eu une telle dimension planétaire, et jamais il n’a été aussi médiatisé, mais nous devons aider chaque société à en tirer le meilleur parti comme fondement de la paix et du développement durable, ce qui exige des politiques et programmes efficaces, y compris la part du gouvernement, afin de créer les conditions propices au sport et à l’éducation physique pour tous », cela aidera peut-être les décideurs à mettre la bonne personne à la bonne place concernant le ministère du Sport ?

Ministère au plus petit budget depuis des lustres, ce ministère couplé ou non avec la Jeunesse ou avec Les Loisirs tient l’avenir de Madagascar dans ses mains aussi comme tant d’autres ministères. Déjà le présent se conjugue avec le sport et avec nos résultats sur le plan international qui nous sert de visibilité en premier. Mieux, sur le plan de sport pour tous, nous qui venons d’adhérer au système de sport pour tous, cela nous aidera à aller encore de l’avant et donner plus de place au sport. Alors, se décidera-t-on à prendre la bonne personne qui maîtrise ce milieu, venant de ce milieu du sport ? Wait and see.

Anny Andrianaivonirina

Share This Post