Cyclisme / Relaha Jean Claude : « Il est temps pour Madagascar de s’ouvrir vers l’Afrique »



Jacaranda
Relaha Jean Claude, Président de la Féderation Malgache de Cyclisme souligne la nécessité d’une ouverture africaine. (Photo : Clément)
Relaha Jean Claude, Président de la Féderation Malgache de Cyclisme souligne la nécessité d’une ouverture africaine. (Photo : Clément)

Auréolé d’une quatrième place au général du dernier Tour du Congo, le cyclisme malgache affirme avoir eu une expérience heureuse et ne jure que par le désir d’être présent à tous les Tours des pays africains. Le président Relaha Jean Claude en parle comme si c’était déjà fait.

Midi Madagasikara : Madagascar a terminé au pied du podium du Tour du Congo. Cette quatrième place est-elle satisfaisante pour vous ?

Relaha Jean Claude : « Pour une première dans un Tour africain et plus particulièrement celui plus relevé du Tour du Congo, les cyclistes malgaches ont rempli leur contrat. Emile Randrianantenaina a même ravi la 6e étape et sans un cafouillage à l’arrivée de la 3e étape, on aurait pu terminer deuxième sinon troisième.Lorsqu’on sait que 15 pays s’alignaient au départ, on ne peut que se réjouir de ce résultat. »

Midi : Est-ce à dire que vous êtes satisfait de la prestation de votre groupe ?

RJC : « Je suis entièrement satisfait car outre Emile, il y avait les deux jeunes d’Antsirabe dont Dama Miarintsoa et Lalantsoa auxquels s’ajoute Jean de Dieu Rakotondrasoa plus connu sous le nom de Ravoatabia. Ce dernier a d’ailleurs fait parler son expérience en dirigeant toute la troupe mais à long terme, ce voyage a été très utile à Ravoatabia dans la perspective d’une place au sein de l’encadrement. Mais pour le moment, il a encore du jus et il n’y a pas de raison à ce qu’on lui interdit les compétitions. »

Midi : Quelles leçons tirer de ce Tour du Congo ?

JCR : « Plusieurs et en particulier les moyens qu’offrent des grandes nations du cyclisme africain tels le Burkina Faso, le Sénégal, le Rwanda, le Congo, le Bénin et bien d’autres, à leurs cyclistes. Il y a même ceux qui se préparent en Europe. Et si nous ne sommes pas encore là, il est temps pour Madagascar de s’ouvrir vers l’Afrique en participant à tous les tours organisés sur le continent. C’est le meilleur moyen de progresser. »

Miidi : Mais vous ne pensez pas bien avant ouvrir nos frontières à ces grands d’Afrique lors du Tour de Madagascar ?

JCR : « C’est vrai que l’inverse aussi peut servir nos intérêts. Mais il n’y a rien de motivant que d’envoyer nos meilleurs élements à ces Tours en Afrique. C’est une grande motivation pour eux. Ceci dit, nous avons profité de notre passage au Congo pour lancer des invitations. Comme le parrain du Tour de Mada, Francis Ducreux, a également fait le voyage en RDC, cela a ouvert bien de portes pour le camp malgache. Et on attend les résultats… »

Propos recueillis par Clément RABARY

Share This Post