Football Ligue des champions : Fomela entend se mêler à l’emballage final !

La première journée de la Ligue des champions de football, du moins dans le site d’Antsirabe, a offert une surprise. Car s’il est entendu que les trois places qualificatives semblent être dévouées au CNaPS Sports, les locaux d’Inate FC et de l’Olympique Menabe d’Hawel Mamod’Ali, le Fomela d’Ambalavao a montré hier qu’il faillit compter avec lui.

Cela démarre bien pour la poule d’Antsirabe, car si Inate FC a prouvé même dans la douleur qu’il fait partie des favoris en disposant dès la première journée de l’AS SFM d’Ambositra sur le score de 2 buts à 1.

Feno a ouvert le score pour les Antsirabéens dès la 11e minute, puis Nirina mit le club sur orbite en marquant le second but d’Inate.

Epouvantail. Certes Ambositra a réduit l’écart en marquant par Mpita (84) mais cette défaite compromet malheureusement ses chances tant les autres clubs sont apparemment mieux armés pour le citer que le CNaPS Sport qui fait figure d’épouvantail.

Sur le papier en effet, aucun des quatre clubs en lice n’est en mesure d’inquiéter la CNaPS, et le nul entre l’Olympique du Menabe et Fomela d’hier au Vélodrome d’Antsirabe, rend encore les choses plus compliquées.

Car si on met la CNaPS bien au-dessus de la mêlée, Inate, Menabe et Fomela sont pratiquement sur le même niveau et qu’entre ces trois clubs tout peut se jouer sur un rien.

Juste récompense. A preuve et après avoir marqué à la 59e minute par Eric Razafiarison, l’Olympique Menabe a dû céder vers la fin de la partie pour concéder un nul très frustrant. Mais c’est une juste récompense car Ratix qui a, avant ce but libérateur, manqué de nombreuses occasions.

Mais ce nul obtenu en fin de match illustre si besoin est, du progrès du football d’Ambalavao car en Coupe, SUCA a aussi fait une très bonne impression en se qualifiant pour les huitièmes de finale.

On attend donc la suite de cette Ligue des champions à Antsirabe et plus particulièrement le match phare de dimanche entre CNaPS Sport et Olympique du Menabe. Une occasion pour les caissiers de dicter leur loi.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication