Tour de Mada – Francis Ducreux : « Il faudrait investir pour les coureurs malgaches ! »

Francis Ducreux (extrême droite) a remis le maillot Eau Vive au Belga Walt Dewinter.
Francis Ducreux (extrême droite) a remis le maillot Eau Vive au Belga Walt Dewinter.

Rideau sur le Tour de Mada cycliste. En bon promoteur, Francis Ducreux relativise le succès dont tout le monde parle et aborde d’autres facettes plus subtiles voire plus utiles. Interview.

Midi Madagasikara : Une fois de plus, le Tour a connu un réel succès. Vous êtes certainement satisfait de cette 11e édition ?

Francis Ducreux : « Satisfait, je le suis bien évidemment. Le Tour a encore franchi un autre palier et c’est grâce d’abord en grande partie à la touche du nouveau directeur de course, Laurent Bezault qui est consultant au sein de l’Union Cycliste Internationale ainsi que de la Confédération africaine. Ensuite à la présence, pour la première fois en 11 ans, de deux équipes africaines dont un très grand Cissé Issiaka qui était vraiment au-dessus du lot. »

Midi : A vous entendre, tout a été nickel ?

F.D. : « La perfection n’existe pas, il y a encore des points à améliorer notamment le secteur santé où il faut mettre en place une ambulance médicalisée avec un docteur et même une seconde ambulance pour les infirmières.  Ce sera également mieux si on a plus de motards pour la sécurité. Mais on mettra également un point d’honneur pour améliorer l’hébergement.

Il reste aussi des points à améliorer sur la partie technique avec l’utilisation de la photo-finish, mais on fera aussi en sorte de former les commissaires pour le Tour 2015 qui partira en principe de Nosy-Be pour aller à Majunga et remonter sur Tana pour utiliser au maximum les montagnes qui restent les points forts des coureurs malgaches. »

Midi : Parlant des coureurs malgaches, il y a un arrière-goût d’inachevé. Qu’en pensez-vous ?

F.D. : « Ce n’est pas tout à fait un échec car Roger Randrianambinina se trouvait à la 2e place du général. Ce jeune a un potentiel extraordinaire mais pour lui comme pour Zouzou Andriafenomananiana, lui aussi promis à un bel avenir, il leur faut donner les moyens de s’épanouir en les envoyant soit en stage soit dans des compétitions africaines. Sur ce chapitre, nous sommes en train de voir avec Canal+ les moyens de les envoyer dans les Tours en Afrique et ce sera formidable si l’Etat malgache offre une aide dans ce sens car on ne peut progresser qu’en se frottant à plus fort que soi. Il  faudrait investir pour les coureurs malgaches car outre Roger et Zouzou, il y a aussi un énorme potentiel derrière avec Joharivelo, Hasina, Dama, Emile qui, je le rappelle, a gagné une étape au Tour en RDC, mais également Jean de Dieu Ravoatabia qui tiendra le rôle de capitaine de par son expérience. »

Midi : Mais sur place, est-ce qu’il n’y aurait pas autre chose à faire ?

F.D. : « C’est déjà bien ce que fait la Ligue d’Analamanga et son président Naly qui est un homme extraordinaire, mais il faut multiplier les compétitions pour espérer réussir surtout qu’il y aura bientôt les Jeux des Iles. Il faut une conjugaison d’efforts de toutes les parties prenantes. Dans cette saga, je tiens également à remercier les fidèles sponsors du Tour mais aussi l’ensemble de la presse car sans ces deux entités, on ne peut pas organiser un tel événement.»

Propos recueillis par Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication