Football – Tour d’horizon avec Roland Kely : « Le football est une question de moyens et de volonté ! »

Roland Kely devant le stade de Mahamasina où il a connu des moments magiques avec le Club M.
Roland Kely devant le stade de Mahamasina où il a connu des moments magiques avec le Club M.

De passage à Madagascar, Roland Rakotondrasoa, plutôt connu pour son prénom de Roland Kely, n’a pas pu s’empêcher de parler football et de pester contre l’utilisation du stade de Moramanga devenu depuis peu un marché public.

Midi Madagasikara : Le stade de Moramanga n’existe plus car on y a mis en place le nouveau marché communal. L’avis d’un natif de Moramanga que vous êtes ?

Roland Kely : « C’est un véritable crime surtout venant du Maire Solofo qui a joué à mes côtés au sein du Faneva Roso donc un footballeur qui estime que le meilleur moyen de sauver le football de Moramanga est de le priver de stade. C’est d’autant plus inadmissible ne serait-ce que pour faire honneur aux membres de l’équipe nationale issus de Moramanga notamment Edmond Moloka, notre idole de l’époque, mais aussi René Tale Rabearisoa et moi-même. Mon cas est même plus particulier dans la mesure où l’actuel maire de Moramanga avait envisagé de faire porter mon nom à ce stade. Et je ne sais pas si cela va se concrétiser un jour mais je fais appel à tous les dirigeants pour que ce genre de pratique ne se renouvelle plus comme si le football malgache se trouvant déjà dans un fauteuil guère confortable, avait besoin de ces agissements pour mourir de sa belle mort. »

Midi : Les résultats tardent à venir pour le football malgache. Quelles solutions proposez-vous ?

Roland Kely : « Le football est une question de moyens et de volonté. Si on veut réussir, il faut y mettre le paquet comme c’était le cas à l’époque de l’Allemand Peter Schnittger où l’argent il y en avait avec la coopération allemande mais également par le truchement de l’Etat malgache. Quand on y ajoute la rigueur de « Petera », on comprend mieux pourquoi le Club M a tenu tête par deux fois aux Pharaons de l’Egypte.

Maintenant que les choses ont changé, pourquoi ne pas tabler sur le modèle réunionnais où chaque conseil municipal vote un budget sport pour mieux préparer la relève car tout part de là. Si la France était championne du monde de 1998, c’est parce qu’elle avait des joueurs qui étaient ensemble depuis leur jeune âge tels Deschamps et Dessailly. Pareil pour l’exemple allemand avec cette Manschafft championne du monde 2014 chez les Brésiliens car la jeune vague était arrivée à maturité avec Ozil, Gotze et Kroos.

Pour espérer participer à une CAN, Madagascar doit suivre le même chemin car je pense qu’on a le talent et même l’encadrement pour ne citer que Yves Rabemaromanga qui a sorti de son chapeau les meilleurs joueurs au plus haut niveau dont Abel (Ludogorets), Voavy Paulin en Algérie et Bolide au RC Lens. »

Midi : Mais savez-vous que Bolida a dit non pour les Barea ?

Roland Kely : « C’est une grossière erreur parce que s’il espère faire partie d’un grand club européen, ce que Lens n’est pas pour l’instant, il doit d’abord faire en sorte de qualifier les Barea en Coupe d’Afrique des Nations pour espérer taper dans l’œil des sélectionneurs des vrais grands clubs. Tous les grands Africains sont passés par cette étape pour ne citer que Yaya Touré au Manchester City ou encore Aubameyang au Dortmund, Eto’O ou autre comme Didier Drogba. A mon avis, jouer pour l’équipe nationale doit être une obligation pour tout le monde. C’est pour la patrie et non pas pour la FMF. »

Midi : Mais vous pensez qu’on aura une chance de faire bonne figure ?

Roland Kely : « Oh que oui ! Il y a de très bons joueurs mais pour l’instant et si j’ai à donner mon avis, c’est ce que le staff doit d’ailleurs faire en faisant appel à toutes les compétences, j’opterai pour Bota dans les buts car il a été, à lui seul, capable de qualifier St-Louis au troisième tour de la Coupe de France. Ensuite, en défense, et de droite à gauche, je mettrai le Niçois Fetraniaina, le grand Jordan Dupray mais également Mamy Gervais qui jusqu’ici fait partie des cadres de la Saint-Pierroise. Ce qui veut tout dire car s’il n’est pas en forme, l’ancien marseillais, Jean Pierre Bade, ne s’amusera pas à le retenir et le titulariser dans le groupe. Pour continuer sur le groupe, je verrai bien le Lillois Franck Beria occuper le flanc gauche derrière Bolida.

Mais en formation 4-2-3-1, je mettrai aux postes de demi-défensif Abel et l’Algérien Ibrahim Hamada. Sur le flanc droit, je verrai bien Carolus ainsi que Faneva Ima pour occuper le poste d’attaquant comme il le faisait bien à Créteil.

Comme meneur, je pense que Dafé fera bien l’affaire même s’il a un peu de mal à se confirmer au sein du RC Lens.  Il reste, pour que la mayonnaise prenne, à faire appel à un technicien qu’on prendra bien soin d’entourer de plusieurs compétences et surtout d’anciens joueurs comme la France fait actuellement avec Didier Deschamps. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication