Tennis : Les Ranaivo attendus au Maroc

Le DTN, Dina Razafimahatratra, en compagnie de Jojo Randriamanalina et de Toky Ranaivo. (Photo Jean Marc Randriamanalina)
Le DTN, Dina Razafimahatratra, en compagnie de Jojo Randriamanalina et de Toky Ranaivo. (Photo Jean Marc Randriamanalina)

Etant donné le niveau du tennis malgache en moins de 14 ans, et surtout l’investissement personnel des triplés Mialy, Narindra et Toky Ranaivo dans le tennis, la confédération africaine de tennis a accepté la demande de la fédération de les envoyer en visite d’un mois au centre de haut niveau de Maroc.

« Leurs parents ont émis le souhait de les voir visiter et voir évoluer les jeunes du centre, pour un mois, par leurs propres moyens. L’ITF a répondu favorablement et va nous communiquer les détails à partir du 14 février. C’est heureux que les parents soient conscients de ce qu’il faudrait faire si on a les moyens », dixit le Directeur Technique National Dina Razafimahatratra.

39 entraîneurs. A part cela, la fédération a un programme assez chargé pour ces 4 premiers mois de 2014. Juste après les championnats d’Afrique australe en U12, U14 et U16, le stage d’entraîneur « play and stay » avec l’expert de l’ITF Michel Rissani vient aussi d’être clôturé aussi. Il y a la Coupe Davis le 6, 7 et 8 mars au Luxembourg et ensuite les championnats d’Afrique U14 et U16 à Tunis du 11 au 22 mars. Il faut savoir que la formation en « Play and stay » est un passage obigatoire pour le niveau, avant de prétendre au diplôme de Level 1. « Play and stay est aussi un stage d’animation sanctionné par un diplôme. Madagascar est l’un des premiers pays africains à l’avoir institué. Il s’agit d’une nouvelle formule de l’ITF qui vient obligatoirement avant le Level 1 et le Level 2. L’objectif du Play and Stay est de mobiliser les entraîneurs à avoir une nouvelle approche du tennis par le jeu. 39 entraîneurs ont pu suivre cette formation et la FMT a déjà demandé auprès de l’ITF un stage Level 1, qui pourrait se faire à Antananarivo au mois de juillet ». Bref, beaucoup de travail pour la FMT, en début d’année, et de bonnes perspectives pour tout le monde.

Anny Andrianaivonirina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication