Elections fédérales : On ne change pas une équipe qui n’a rien gagné !

comite-olympiqueLes élections fédérales, on est en plein dedans même si pour des raisons obscures, le rugby a pu reculer les échéances en accord avec la directrice du Sport Fédéral, Rosa Rakotozafy.  Sand doute pour mieux préparer la reconduction de Marcel Rakotomalala, l’inamovible président.

C’est parti pour quatre autres années de galère pour le sport malgache confié à des hommes qui ont théoriquement  échoué à la lumière des athlètes qualifiés pour les derniers Jeux Olympiques de Rio où seules Asaramanitra en judo et Saholinirina Eliane sur le 1 500m ont pu se qualifier.

Echec. Le reste notamment la natation par Estellah Rabetsara Fils et Anthony Ralefy , l’haltérophilie par Vania et le décathlon par Ali Kamé étaient à Rio pour battre leurs propres records et pas plus.

Autant le dire que le bilan est loin d’être élogieux. Et plus grave encore, la reconduction des mêmes présidents n’incite guère à l’optimisme. Et si on n’apprend plus aux vieux singes à faire la grimace, il est plus difficile d’attendre quelque chose de positif de ces gens qui ont littéralement échoué.

Mais allez savoir pourquoi, Relaha Jean Claude, le président du cyclisme vient de s’offrir un 5e mandat. S’offrir est bien le mot car il a pris soin d’emmener à Toamasina les présidents des ligues qui lui sont fidèles. Le meilleur résultat du cyclisme reste pourtant en 16 ans de règne, une médaille de bronze des Jeux des Iles de la Réunion par un Antsirabéen, Dama, que la Fédération ne pouvait même pas prétendre avoir préparé tout au long de l’année.

Le procédé est pratiquement le même pour l’haltérophilie même si Harinelina Andriamananarivo a pu grignoter quelques podiums aux championnats d’Afrique. Car lors de l’assemblée générale élective, les 7 ligues ont massivement voté pour lui. Quant aux autres, elles n’étaient même pas à Miarinarivo car elles savent que les dés étaient pipés et que rien ne sert de lutter à armes inégales.

Troisième mandat. Avec la même méthode où ses adversaires n’ont pas voix au chapitre, Siteny Randrianasoloniaiko signe à Fianarantsoa son troisième mandat au sein du judo et probablement aussi au sein du Comité Olympique car rien ne dit qu’il ne va pas changer de statut pour lui permettre un troisième mandat au COM. La question est de savoir où cela l’a mené car en huit années de règne, le judo, s’il ne recule pas, fait du surplace. Et c’est bien malheureux pour une discipline habituée à une place au soleil comme elle l’a été sous la houlette du Japonais Akira Kaï.

Les yeux fermés, on est presque certain, à moins d’un revirement du ministère des Sports qui a intérêt à brandir une obligation de résultats pour chaque discipline, ne serait-ce que pour mettre fin à des années de galère, de voir les hommes de Siteny Randrianasoloniako rempiler lors des élections futures. Herley du tennis de table, Mota du badminton, Marcel Rakotomalala du rugby et Brice du voile. Toute la compagnie qui s’est vu récompenser d’une place aux Jeux Olympiques de Rio. La même qui a voté pour Siteny Rakotomalala pour le poste de président du Comité Olympique. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY  

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.