Journalisme de sport en deuil : L’ami Jacques Marchand n’est plus !

Jacaranda
Jacques Marchand est une véritable légende du journalisme de sport.

Le monde du journalisme de sport est en deuil. Jacques Marchand s’est éteint hier à 96 ans. Cette légende du journalisme du sport est connu dans le monde entier par sa grande passion mais surtout par son dévouement à aider les jeunes journalistes comme c’était le cas il y a quelques années quand sur invitation de l’AJSM de Bruno Razafindrakoto, il a animé en 1994 et pendant plusieurs jours, un stage qui a surtout permis de voir comment on devait traiter une information en ménageant la susceptibilité des uns et des autres. Un tantinet diplomate mais surtout une touche exceptionnelle à relater des événements depuis des décennies. Une véritable légende du journalisme de sport depuis ses débuts à L’Equipe où il fut affecté au basket-ball et à la boxe.

Un régal. Il quittait ensuite L’Equipe pour le Matin de Paris. Un changement qui l’a encore plus motivé que jamais car autant le dire qu’il était sur tous les fronts et surtout prompt à aider ses jeunes frères d’armes.

Il animait également la Radio du Tour où ses critiques étaient presque un régal pour le petit monde du vélo. Des analyses perspicaces sur le cyclisme comme le sait faire aujourd’hui Frédéric Gassman de RFI qui, lui aussi, était venu à Madagascar.

C’est grâce à l’intervention de Jacques Marchand que j’avais droit à une petite colonne dans les pages de Libération pour parler de la délégation de Madagascar lors des Jeux Olympiques d’Atlanta 1996. Car il savait que j’avais hérité en ce moment là d’une invitation de la Coopération française pour couvrir ce centenaire des J.O.

Climat de confiance. Mais c’est encore Jacques Marchand qui a orienté Kouakou à solliciter mes services pour une page entière où j’ai écrit sur Dally Randriantefy qui était au sommet de son art quand elle intégrait pour la première fois le top 100 mondial.

Et même s’il n’a pas dit, je pense qu’il a été également pour beaucoup dans le choix du Comité Olympique International qui a financé le séjour et le déplacement d’une poignée de journalistes dont je faisais partie durant les Jeux Olympiques de Sydney 2000.

C’est dire qu’il a beaucoup fait pour moi et qu’entre nous s’installait un climat de confiance après notre rencontre où j’ai siégé au sein de l’AJSM en tant que Secrétaire Général. Une AJSM qui bénéficiait de ses conseils éclairés et qui fonctionnait normalement à l’époque contrairement à l’heure actuelle où certaines rivalités ont fini par faire d’énormes dégâts.

Et après avoir tout donné pour le journalisme de sport et ce depuis l’après guerre, Jacques Marchand est parti sans nul doute pour un monde meilleur. Repose en paix grand Frère !

Clément RABARY

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.