La vie des fédérations : Le torchon brûle entre le COM et la FMA !


Bmoi

Jacaranda
L’athlétisme malgache est toujours présent aux Jeux olympiques.

Incroyable mais de quel droit le Comité Olympique Malgache peut-il exclure d’une assemblée générale, fut-elle ordinaire, une fédération qui est pourtant un membre à part entière de la grande famille olympique, en l’occurrence la Fédération Malgache d’Athlétisme ?

C’est ce qui s’est passé dernièrement à Toliara où le camp Siteny Randrianasoloniaiko s’est attelé à trouver la parade pour qu’à l’avenir la présence du Comité Olympique lors des AG, électives de surcroît, des fédérations, soit obligatoire.

Présence nécessaire. Un règlement intérieur rajouté pour parer au plus pressé car manifestement le président du COM, Siteny Randrianasoloniaiko qui a été refoulé à l’entrée de l’AGE de la FMA à l’hôtel Panorama, n’a nullement digéré ce qu’il considère comme un affront.

Mais jusqu’aux nouvelles dispositions prises rendues possibles par l’arrivée de nouveaux alliés récemment à Toliara, la FMA était bien dans ses droits car aucun texte ne parlait d’une nécessaire présence du COM dans ce genre de rendez-vous.

La raison, la présidente Norolalao Andriamahazo Ramanantsoa en parle avec une certaine retenue qu’on comprend. « Comment voulez-vous qu’on le laisse entrer dans notre AGE alors que des confidences des présidents de certaines ligues qui se réunissaient au domicile de Siteny la veille, mentionnaient qu’il allait faire voter pour Dominique Ramaherison et qu’il ferait un scandale au cas où la FMF priverait certaines ligues du droit de vote », explique-t-elle en précisant que c’est de la pure ingérence dans une affaire interne à l’athlétisme.

Une raison suffisante pour que le vice-président de la FMA, l’ancien champion de Madagascar du 400m haies, Hubert Rakotombelontsoa, bloque l’entrée à la délégation du COM.

« Nous avons eu raison de la faire car au moment des faits nous avions tous les droits et que l’idée de suspendre la présidente de FMA, Norolalao Andriamahazo Ramanantsoa, Mahatana Jean de la Croix et moi-même pour une faute imaginaire, serait une entorse à la législation », commente ce dernier.

Balises. Maintenant que les balises sont érigées pour permettre à Siteny Randrianasoloniaiko de régner sans partage voire pour un mandat à vie tel un empereur, alors on ne voit pas pourquoi il mettrait son grain de sel dans une discipline qui marche. Enfin presque car il n’est pas exclu que l’athlétisme ne pourrait plus bénéficier de la faveur du Comité International Olympique via Siteny Randrianasoloniaiko.

Pire, la FMA ne pourrait même pas saisir le ministère des Sports dans ce litige car elle connaît déjà l’issue puisque le bon sens veut qu’on revienne à la grande famille olympique. Or et sur ce point précis, Siteny Randrianasoloniaiko, après l’AGO de Toliara, a renforcé un peu plus sa mainmise en faisant entrer de fidèles nouveaux amis dont Mamy Gotso à qui il a offert la fédération de gymnastique, l’escrime confié au fils du SG Harinelina Ramananarivo, le pentathlon, le bodybuilding qui est une ramification de l’haltérophile mais également le tir à l’arc. En clair, il a maintenant sa majorité absolue pour faire ce qu’il veut.

Bref, il a de quoi tenir tête même à un cyclone et devenir tout simplement un inamovible président pendant plusieurs décennies car il est encore jeune et que l’habitude olympique réserve la part belle aux… retraités. Ce qui n’a rien de mal pour peu que les résultats suivent. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas car pour l’instant la qualification olympique ne fait pas partie des priorités de ce COM version Siteny Randrianasoloniaiko.

Clément RABARY

Share This Post

Post Comment