Les travailleurs de l’ombre : Solonjaka Rakotonasy, le sportif engagé et passionné



Jacaranda
Il c’est le DG de l’ININFRA.

Il est très actif dans le monde sportif. Peu connu dans le monde de la boxe et des sports de combats, pourtant, c’est le président  du club Espoir des 67 Ha. Discret, Solonjaka Rakotonasy l’est, mais, qui travaille dans l’ombre pour la réussite de son équipe.

Derrière le succès d’une équipe, il y a ceux qui travaillent dur tant sur le plan technique, administratif que financier. On le disait discret, travailleur de l’ombre, efficace, avec sa capacité managériale, le respect et l’application des règles. « Il » c’est Solonjaka Rakotonasy dit « Sasa », président du club espoir de kickboxing et parrain de plusieurs sportifs et d’une équipe de basket-ball.

Sportif à part entière. A son actif, il a pratiqué plusieurs disciplines sportives comme le basket-ball, rugby, football, handball, tennis de table, lawn tennis. Solonjaka Rakotonasy, est un sportif à part entière. Comme tous les petits garçons, il a joué au football. Il faisait partie de la sélection minime du 2e arrondissement de l’AS Tana. Plus tard, il a intégré le club de l’Espoir en 1993 avant de rejoindre les équipes de Fandrefiala et de Tanambao chez les séniors. En même temps, il a joué au basket-ball avec le SOE et l’équipe du Lycée Gallieni à Andohalo. Il a tâté aussi le handball avec l’ASSM d’Amparibe et l’équipe du LAA sans oublier le rugby avec la formation du Rova Fanantenana d’Ambohipo (RFA). Comme c’est un passionné de sport, Solonjaka a pratiqué tout jeune le tennis de table et actuellement, il a décidé de jouer au lawn-tennis. C’est aussi un passionné de sports de combats entre autres le kickboxing et la boxe.  « Pour les arts martiaux, j’ai juste fait de l’initiation, mais, je n’ai pas combattu sur le ring  », a déclaré Sasa.

Dirigeant chevronné. La passion pour le sport reste toujours intacte pour ce docteur en mathématique appliqué, et directeur général de l’ININFRA. Après le bac, il a poursuivi ses études supérieures en Mathématique à l’Université d’Antananarivo puis à l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse. Sport engagé comme il est, Sasa a continué de jouer au football avec l’équipe du Saint Michel Malagasy de Marseille en France. Agé actuellement de 37 ans et père de deux enfants, Solonjaka reste toujours actif sur le terrain de basketball  avec les vétérans. En 2016, il a été élu président du club Espoir de kickboxing. Parmi ses protégés figurent Miora Tiana Andriamiarisoa alias Boaykely. Celle qui a remporté la médaille de bronze aux Championnats d’Afrique de Brazzaville en 2017, et plusieurs fois médaillée en kickboxing. Comme le tennis est sa passion, il l’a transmis à sa fille ainée. « J’aimerais inculquer les valeurs de la discipline individuelle à ma fille ».  Pour lui, un dirigeant sportif devrait avoir de la patience et de la passion. « Les structures ici à Madagascar ne sont pas identiques à celles à l’étranger, ici, le dirigeant sportif doit concentrer son temps et son argent car rares sont les clubs qui ont de sources de financement. Mais le plus important est qu’il ait une vision », a continué Sasa. Au-delà du sport et de l’administration publique, il est le coordonateur général des associations des enseignants chercheurs catholiques car Sasa est un enseignant-chercheur au département mathématique à Ambohitsaina.

T.H

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.