Sport au baccalauréat : Parents, écoles, enseignants et candidats sont tous responsables !



Jacaranda

Nous avons pensé faire cet article  quatre  mois au moins avant les épreuves de sport afin de conscientiser les candidats au baccalauréat de cette année !

Normalement les dossiers doivent être fins prêts et les choix faits concernant les examens du baccalauréat. Les séries sont définies, les choix de disciplines de sport établis. Il ne reste qu’à se préparer pour cette ultime épreuve de sport ainsi qu’à attendre les convocations.

Quel que soit le choix des épreuves, chaque candidat aura à courir 800m pour les filles ou deux tours du terrain de Mahamasina et 1500m pour les garçons. Il s’agit de l’épreuve qui fait faire des cauchemars à nos jeunes. « Finirai-je la course ? » « Est-ce que je ne vais pas m’évanouir ? » Car chaque année, l’on déplore les jeunes qui s’évanouissent en cours du 800m ou à l’issue des tours de terrain.

Les enseignants d’EPS devront conscientiser ces jeunes sur le côté préparation de cette discipline. Cela se gère dès maintenant. Des petites distances de 2km tous les matins pour apprivoiser le corps et perdre le gras qui freine ? Cela s’apprend. Les enseignants d’EPS aussi sont responsables des choix de leurs étudiants. Quand ils ont des lycéens qui choisissent le marteau ou la natation aux épreuves individuelles, ils doivent leur apprendre à lancer le marteau ou à nager. Car il n’y a rien de plus honteux, de triste et d’aberrant que de voir des  jeunes qui ne savent même pas servir au volley, ou qui marchent carrément au basket. Ces enseignants de sport sont aussi tributaires de réussite de leurs élèves à ces disciplines- là ! Ils doivent les accompagner tout au long de l’année, les former. Leur inculquer le minimum en sport, du genre mettre des chaussures de sport, ou encore des tenues de sport adéquates. Ils sont en contact permanent avec eux.

Le fait de voir une élève courir en tenant son short, car l’élastique ne tient pas, ou de mettre des sandales et non des chaussures de sport en courant, cela relève de l’éducation en sport qu’on leur inculque. De même, se maquiller comme pour aller au bal, avoir des cheveux pleins la tête et non lestenir par un ruban… autant de petites choses qui démontrent le manque de maturité de l’école, de l’enseignant, des parents et des jeunes. Enfin pour conclure, sachez que le coefficient est de 2 ce qui sauve beaucoup de choses aux examens et qu’une note de 0 est éliminatoire. A bon entendeur…

Anny Andrianaivonirina


Share This Post

Post Comment