Football : Le Stadium de Barikadimy fermé par l’entreprise Leong


Alors que les amateurs de football tamataviens laissaient déjà exploser leur bonheur, après avoir vu le FC Tia Kitra et l’AS Adema s’entraîner vendredi dernier sur la pelouse synthétique du désormais Stadium de Barikadimy, ils durent ravaler leur joie, car finalement le match des huitièmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar de dimanche se tenait dans un stade municipal en piteux état.

Tout simplement parce que l’entreprise Leong a muré l’entrée du Stadium avec des parpaings.

De quel droit cette entreprise en charge de la construction des vestiaires et de la tribune se permet  d’interdire l’accès du Stadium ? C’est toute la question, puisque l’autre partie des travaux, notamment la pose de la pelouse synthétique, est confiée à la société réunionnaise HBC, la seule entreprise agréée par la FIFA, mais qui collabore avec une société malgache du nom de RMH.

Du retard. Le HBC et la RMH avaient d’ailleurs effectué une réception provisoire des travaux en février 2017, et la réception définitive devait se faire l’année suivante, cette année donc. Mais cette dernière n’a pas pu se tenir car les travaux, confiés à l’entreprise Leong ont pris du retard.

Et plus le temps passe, plus la pelouse présente des anomalies, avec l’apparition de l’herbe naturelle, car il faut jouer dessus, sans parler des lièges qui sont entraînés par les eaux de pluie.

Et devant les agissements de l’entreprise Leong, HBC et RMH n’entendent pas céder en portant l’affaire au tribunal. A raison du reste car c’est tout le football tamatavien qui est pris en otage.

L’état de la pelouse du stade municipal étant, le football de la Ligue Atsinanana est parti en chute libre, comme en témoigne le titre de champion 2018 de Mahanoro. Une gifle pour le football de Toamasina qui est descendu très bas.

Plus de dialogue. Des sources concordantes signalent au passage que l’entreprise Leong a fermé le Stadium de Barikadimy par dépit, car l’Etat lui doit encore de l’argent. La convention, signée bien avant la construction de ce stade et portant sur 20 ans, associait le ministère des Sports, la Commune urbaine de Toamasina et la Fédération Malgache de Football, avec des attributions bien définies pour chaque partie.

Et si on arrive à ce bras de fer qui porte préjudice au football tamatavien, c’est bien parce qu’un maillon de cette chaîne n’a pas fait correctement son travail. Reste à savoir qui ? Le tribunal reste seul juge car le dialogue est apparemment rompu.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.