Droit au but Le rugby, encore et toujours !



Jacaranda

On a beau cherché autre chose, on revient forcément au rugby, de nouveau au centre d’un scandale. Des scandales à répétition depuis que la fédération a choisi d’éliminer le président de la ligue d’Analamanga, Andry Ravelojaona, coupable de ne pas avoir voulu marcher dans ce que Marcel Rakotomalala entend par développement.

C’est-à-dire un retour en arrière qui voulait que les clubs de l’élite reviennent dans leurs sections d’origine alors qu’il n’y a même pas photo entre un 3FB et une équipe d’Atsimondrano fut-elle formée par une sélection locale.

Le clash s’est ensuite installé avec carrément une frange formée essentiellement par le COSFA et le FT Manjakaray ainsi que la Savonnerie tandis qu’une autre a choisi de rester avec la Ligue d’Analamanga avec un plateau un peu plus fourni malgré les menaces de « Malagasy Rugby » assorties d’une non-sélection en équipe nationale.

Comme le chantage n’a pas marché, on a logiquement assisté à une descente aux enfers avec les Makis, hommes et femmes, issus de ces trois clubs que certains qualifient déjà non pas de sélection nationale, mais bien de celle d’Andohatapenaka.

Et le même chantage revient aujourd’hui avec l’organisation de deux coupes dont celle du Président de la République qu’organise « Malagasy Rugby » et celle du Maire de Tana.

Prudent Marcel Rakotomalala a voulu tendre une perche aux clubs d’en face en axant l’essentiel de sa conférence de presse sur la nécessité d’une union, mais a priori cela n’a pas marché.

Non seulement parce que l’organisation de la Coupe du Maire a pris une bonne avance avec la certitude de voir des équipes « fédérales » y prendre part à l’image du FT Manjakaray et du COSFA mais aussi parce que les dates étaient fixées bien avant celles de la fédération.

Du coup, on risque de voir plusieurs forfaits à Andohatapenaka sauf si FTM ou plutôt FT Malin opte pour deux équipes sans doute pour être l’ami de tout le monde. Le président Ashook Nancoomar ne se hasarderait jamais à se liguer contre la mairie d’Antananarivo tout comme il ne va pas lâcher son ami de toujours, le président Marcel Rakotomalala. On verrait toutefois dans quel camp il va aligner son équipe première.

En attendant, la grande victime de cette scission reste le rugby tout court et partant son développement, car on ne peut rien faire sans une participation de tout le monde. Et on le tient pour dit.

Clément RABARY

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.