Beach soccer : « Le Mozambique ne nous fait pas peur », confie l’entraîneur Solofo Ramarolahy



Jacaranda
Solofo Ramarolahy a suffisamment d’expérience pour conduire les Barea vers un nouveau titre africain.

De retour au pays, les Barea beach soccer ont tout de suite repris l’entraînement en vue du match retour contre le Mozambique dans le cadre des éliminatoires du championnat d’Afrique. Un rendez-vous que commente aujourd’hui l’entraîneur Solofo Ramarolahy avec un brin d’optimisme.

Midi Madagasikara : Quelle est notre chance face au Mozambique après cette petite victoire de 5 à 4 qui laisse supposer que la bataille va encore faire rage au retour de Mahajanga ?

Solofo Ramarolahy : « Ce score ne reflète pas la physionomie du match où, nos gars ont largement dominé les débats. Quand les Mozambicains marquent trois de leurs quatre buts sur penalty, cela veut dire ce que cela veut dire. J’ai eu la peur de ma vie quand à 40 sec de la fin, l’arbitre mauricien offre un penalty aux Mozambicains pour ce qui serait le but d’égalisation mais Jhorealy a plongé du bon côté.

Bien avant, le public a eu droit à un festival de Del qui a marqué les quatre buts malgaches. Il a été excellent dans un rôle de pivot et qu’à lui seul, il a réussi à rendre fou le camp mozambicain. S’il reste en forme, je ne vois pas comment on pourrait perdre ce match du 22 septembre.

Midi : Vous avez eu 10 joueurs au lieu des 12 autorisés, pouvez-vous expliquer pourquoi ?

S.R. : « C’est vrai car le Morondavien Romain et le Majungais Angeluc n’ont pas pu avoir leurs passeports car il y avait probablement une rupture de stock au niveau du ministère de l’Intérieur. J’espère que cela va s’arranger prochainement pour qu’on puisse les aligner à Mahajanga où leur apport peut servir les Barea car on sait combien ils sont capables. Avec 12 joueurs disponibles, le Mozambique ne nous fait pas peur. »

Midi : Et l’après Mozambique ?

S.R. : « C’est une autre paire de manches mais avec le temps, j’espère que certains joueurs vont retrouver leur forme notamment Din, Toky et Tiana pour rendre le collectif beaucoup plus posé. Dans le cas présent, notre force repose sur un noyau dur formé par Jhorealy, Ymelda, Giovanni, Pierralit et Del. Mais bien évidemment, nous comptons sur le soutien du public pour ce match contre le Mozambique. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.