Droit au but : Une FMF moribonde !

Les sanctions, les lourdes sanctions de la CAF continuent d’alimenter les débats même en dehors du cercle habituel du football. Tout le monde, ou presque, y va pour dénoncer des mesures disproportionnées au moment où le football malgache faisait parler de lui après le nul obtenu devant cette formation sénégalaise constellée de stars internationales avec notamment Sadio Mané, Ismailia Sarr, Keita Baldé et Kalidou Koulibaly. Autant dire, c’est un réel exploit sinon un pas de plus pour la qualification, la première de l’histoire du ballon rond malgache, pour cette Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Là où beaucoup n’arrive pas à suivre le raisonnement de la CAF, c’est d’avoir su que la sécurité a été confiée à Aurélien Andriamalazaony, le même homme qui s’est chargé, avec brio, de la sécurité lors de la dernière CHAN à Casablanca. Cet homme de confiance d’Ahmad est tout indiqué pour ce travail surtout qu’il est aussi proche de la Police nationale après avoir été membre de cabinet du ministre Azaly Ben Marofo.

Vu sous cet angle, on ne voit pas trop, qui incriminer, car si la sécurité a été confiée à la CAF, c’est plutôt la Fédération malgache qui devait se trouver du côté des plaignants. C’est tout aussi simple.

Pour l’instant, les conséquences sont désastreuses car sommée de payer les 10 000 dollars d’amende tout en optant pour un autre terrain dont la capacité est très limitée pour les matches contre la Guinée Equatoriale et le Soudan, la FMF doit trouver des solutions au risque de compromettre cette qualification que l’on disait déjà acquise.

Une situation guère florissante qu’on se demande, à quelques jours des élections des nouveaux membres de la fédération, qui veut encore d’une FMF moribonde. C’est bien de se faire élire mais quand on doit payer 10 000 dollars et qu’on ne parvient pas à se qualifier à la CAN 2019, autant déclarer forfait.

Car à moins d’un miracle, et faute d’argent, nos chances d’aller au Cameroun sont bien minces. Sauf si on opte pour le moindre mal en engageant les expatriés au match aller de Malabo, et faire jouer les locaux au retour avec l’aide des Réunionnais Bapasy, Mamy Gervais et Gladison qui, aux dernières nouvelles, se comportent comme un charme. Une solution qui tient tout de même la route. Faute de grive…

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Commençons par ne pas amener dans le staff des gens qui ne servent à rien. Cela évitera de payer des billets d avion et l hébergement (plus dès deux tiers des 10000 seraient déjà remboursés)

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.