Football- Sanctions de la CAF : Un deux poids deux mesures !

Les sanctions de la CAF à l’encontre du football malgache continuent de faire des vagues. L’homme de la rue n’arrive pas à comprendre pourquoi Ahmad ne parvenait pas (ou ne voulait pas) défendre le camp malgache.

La CAF a lourdement sanctionné le football malgache avec 10.000 dollars d’amende et la fermeture du stade de Mahamasina pourtant le seul à pouvoir contenir la foule des grands jours avec ce que cela suppose de bénéfices à même de couvrir toutes les dépenses d’organisation.

5 morts à Luanda. Et tout cela, le président Ahmad le sait mais cela ne l’a pas empêché de sévir avec une célérité qui étonne car une semaine après, mais à Luanda cette fois, cinq enfants ont été morts à la suite d’une bousculade après le match entre le Primeiro de Agosto et le Tout Puissant Mazembe mais jusqu’à hier, la CAF est restée muette.

Un deux poids deux mesures qui confirme la thèse que les incidents de Mahamasina sentaient le coup visé. La seule explication en fait car l’émissaire de la CAF, l’Egyptien Essam, venu pour l’enquête, savait déjà ce qu’il voulait c’est-à-dire infliger une lourde sanction au football malgache. A preuve, et ne serait-ce que par solidarité de corps, il aurait dû demander avant l’avis de deux Security Officer malgaches notamment Sarindra Randrianasolo et Aurélien Andriamalazaony, mais il ne l’a pas fait se contentant des rapports de la Police et des responsables de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Mise au point. Aurélien Andriamalazaony et Sarindra Randrianasolo mettent d’ailleurs les choses au point en affirmant qu’ils n’ont pas été désignés par la CAF mais ils ont été à Mahamasina parce qu’ils sont tout simplement membres de la Fédération Malgache de Football et non en qualité de Security Officer.

Et ce, contrairement au même Essam qui sera bel et bien désigné par la CAF pour être l’officier de sécurité du match Madagascar- Guinée Equatoriale du 16 octobre, si match il y aura car jusqu’à maintenant la FMF ne s’est pas manifestée alors que logiquement elle aurait dû faire appel de ces sanctions, on le sait, disproportionnées.

Si travaux il y a à faire pour mettre aux normes le stade de Mahamasina, il serait encore temps dans l’unique but de sauver le football malgache et de lui permettre de se qualifier pour la phase finale de cette CAN 2019 au Cameroun. Mais apparemment la question n’est plus là. Allez savoir pourquoi ?

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.