Football- Stade de Barikadimy : Une belle pelouse laissée à l’abandon !

Vue sur les travaux du stade de Barikadimy aujoud’hui fermé au public et aux footballeurs

Incroyable, mais ce qui est en train d’arriver à la pelouse synthétique du Stade de Barikadimy vous fend le cœur. Laissée à l’abandon pour des raisons qui restent encore obscures, la pelouse est en train de se détériorer par endroits alors que la tribune et les gradins sont en train de prendre forme.

La pelouse du stade de Barikadimy se trouve dans un état lamentable pour la simple et bonne raison qu’elle a besoin qu’on joue dessus en sus de l’entretien.

Ce joyau, du moins il l’était au début, faisait pourtant la fierté des Tamataviens qui n’en espéraient pas tant pour redorer son football fortement terni.

Meilleur gazon. On sait en effet que par ces temps de pluie, le stade municipal de Toamasina est quasi impraticable. Et la pelouse en piteux état se répercute sur le niveau du football sans que la ligue pourtant bien prise en main par le Président Andry Marcel puisse faire autrement.

« Si les Anglais jouent du bon football, c’est parce qu’ils possèdent le meilleur gazon au monde », confie Andry Marcel qui lance un appel au nouveau président Andry Rajoelina de voir de près le sort de ce stade de Barikadimy et sauver ce qui peut encore l’être.

Et entre les deux Andry, on estime que le courant devait passer surtout qu’il s’agit de mettre en avant l’éducation de nos jeunes.

Claquement de doigts. Et sur ce point, on pense que le Président Andry Rajoelina, d’un claquement de doigts, peut dire au Transport Leong d’ouvrir les portes du stade et que le paiement des arriérés se fera plus tard. Car apparemment il s’agit de cela, mais pas d’autre chose.

Certes on devait aussi passer par le comité de normalisation, car dans sa forme actuelle, il s’agit bel et bien d’une affaire courante. Mais on pense que si le Président Rajoelina décide d’aller plus loin, il aura gain de cause auprès du président de la CAF, Ahmad, avec qui il est resté en très bons termes.

Et là aussi, un autre claquement de doigts d’Ahmad suffirait au bonheur des Tamataviens. Encore faut-il que tout le monde y mette un peu de bonne volonté.

Clément RABARY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.