Sport collectif : Le softball s’affirme de plus en plus

Le club Bara Vy pour une photo de famille.

Le softball est bel et bien présent à Madagascar, grâce à l’association Softball Madagascar et également grâce à des jeunes joueurs de Bara Vy, un club qui organise un tournoi et d’autres activités autour de ce sport samedi.

Encore un petit poucet, mais des ambitions de géant. Le softball, un sport « importé par des marines américains, qui a conquis plus de trois cent malgaches actuellement. A part Antananarivo, des équipes se trouvent maintenant à Toliara, Toamasina et Tolagnaro », a affirmé Natolotsoa Rahonimandroso, membre fondateur de Bara Vy, et joueur également. Il y aura donc un tournoi, « Strike 2019 », avec plusieurs activités au stade d’Alarobia, le 29 juin à partir de 8 h.

« Il y aura quatre équipes, dont une américaine et trois malgaches », a annoncé Harizo Rasolonjatovo, responsable technique au sein de Bara Vy. Organisatrice de ce tournoi, Bara Vy est une association de jeunes joueurs de softball du quartier de Faravohitra. A part les épreuves compétitives, des séances de sensibilisation, d’initiation et une exposition seront également au menu. Bref, l’occasion de démocratiser ce sport auprès des Tananariviens.

Un sport accessible. « Il y a eu déjà plusieurs tournois depuis l’entrée de ce sport à Madagascar. Il y a eu des équipes japonaises, américaines, françaises, coréennes… Pour l’instant, nous pouvons estimer que plus de cinq cent personnes ont déjà joué au softball », relate Natolotsoa Rahonimandroso. Une association qui rassemble tous les joueurs a même été mise en place avec des objectifs de plus en plus ambitieux. « Nous sommes dans les démarches pour ériger une fédération », ajoute t-il.

C’est en 1991 que le softball est arrivé à Madagascar. « Des soldats américains peut-être venus d’Irak sont arrivés à Madagascar. Pour passer le temps, ils frappaient la balle », se souvient le membre fondateur de Bara Vy. Des employés malgaches ont commencé à jouer avec eux. Ces derniers se sont plu à ce jeu. En 1995, une association a été mise en place ainsi que deux premières équipes, dénommée Alpha, du quartier d’Ampefiloha, et Onjy, d’Anosiavaratra Antanambao.

Malin et endurant. « Les américains qui terminaient leur mission laissaient leurs matériels aux premiers joueurs malgaches », rappelle Harizo Rasolonjatovo. D’autres équipes ont ensuite vu le jour, Fanaloka d’Ambohitrakely, Bara Vy, Voromahery, Grizzly… Le premier entraineur était un sapeur-pompier, dénommé Michel. C’était en 1999. Depuis, l’eau a coulé sous le pont. Des associations affiliées à des clubs de quartier se fondent et les entrainements se professionnalisent.

« La particularité du softball, c’est qu’il exige toutes les qualités du sportif. Mental, endurance, intelligence, il y a des phases de jeu où ces qualités sont poussées à l’extrême. Par contre, il n’exige pas des conditions physiques comme la taille. Ce qui nous fait souvent défaut dans les autres sports », met en avant Harizo Rasolonjatovo. « Ainsi, nous pouvons prétendre à des compétitions internationales et même remporter des trophées mondiaux. Grâce à des dons japonais, américains, français… les matériels sont accessibles et disponibles pour les malgaches », conclut-il.

MaminirinaRado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.